Rennes et Saint-Malo veulent se montrer au pied de la statue de la Liberté

VOILE Les deux métropoles sponsorisent le trimaran French Tech de Gilles Lamiré…

Camille Allain

— 

Le trimaran French Tech Rennes Saint-Malo de Gilles Lamiré, ici au port de Saint-Malo le 19 avril 2016.
Le trimaran French Tech Rennes Saint-Malo de Gilles Lamiré, ici au port de Saint-Malo le 19 avril 2016. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Autrefois rivales, aujourd’hui réconciliées, les deux métropoles de Rennes et de Saint-Malo ont renouvelé leur partenariat de sponsoring au skipper Gilles Lamiré. Troisième de la dernière Route du Rhum, le Cancalais prendra samedi le départ de la célèbre transat anglaise à Saint-Malo. La course en solitaire, dont le lancement officiel aura lieu le 2 mai à Plymouth (Angleterre), mènera les concurrents jusqu’à New York.

« Le sponsoring, pas pour faire joli »

L’occasion pour le trimaran French Tech Rennes Saint-Malo de montrer ses couleurs de l’autre côté de l’Atlantique. « Le sponsoring, ce n’est pas fait pour faire joli mais pour porter l’image de nos deux territoires au niveau planétaire. Peut-être qu’on aura la chance de les voir s’afficher aux côtés de la statue de la Liberté », estime Claude Renoult, président de Saint-Malo Agglo.

Ce partenariatest le deuxième conclu avec le skipper cancalais. Le trimaran portait déjà les couleurs des deux métropoles lors de la dernière Route du Rhum. Avec la transat anglaise, c’est un nouveau défi qui s’offre à Gilles Lamiré. « Je suis très fier de représenter mon territoire. En arrivant à New York, on va pouvoir montrer qu’il se passe plein de choses chez nous et qu’on a des entreprises innovantes », avance Gilles Lamiré, nouvel ambassadeur de cette coopération. La start-up Weather n’Co, spécialisé dans le traitement de données météorologiques, servira notamment de guide au skipper.

Gravement blessé, le trimaran réparé

Après un voyage commun au Québec au début du mois, les agglomérations de Rennes et Saint-Malo enterrent ainsi la hache de guerre. « C’est une vieille histoire de je t’aime moi non plus, mais le partenariat est aujourd’hui solide. Et ce sont les entreprises qui nous l’ont demandé. Nous, les élus, on a parfois tendance à trop penser politique », poursuit Claude Renoult, plutôt ancré à droite. « Ce bateau, c’est un prétexte pour travailler ensemble », poursuit le socialiste Michel Gautier, vice-président de Rennes Métropole.

Abîmé par un containerlors de la dernière Transat Jacques Vabre, le trimaran French Tech Rennes Saint-Malo a pu être sauvé de la noyade par Gilles Lamiré et son équipier Yvan Bourgnon. Soignée dans les ateliers Multiplast à Vannes, la coque a été entièrement refaite. Le bateau participera cette année à la Transat anglaise, avant de prendre le départ de la Transat Québec Saint-Malo.