Loi Travail: A Rennes, un syndicat incite les manifestants à venir casqués

MANIFESTATION Plusieurs manifestants ont été blessés lors du dernier rassemblement...

C.A.

— 

Un manifestant tend une fleur à un gendarme mobile lors de la manifestation contre la loi Travail du 5 avril 2016 à Rennes.
Un manifestant tend une fleur à un gendarme mobile lors de la manifestation contre la loi Travail du 5 avril 2016 à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Après plusieurs semaines de manifestations houleuses contre la loi El Khomri, Rennes a été le théâtre de nouveaux affrontements samedi 9 avril. Si le préfet avait assuré qu’aucun manifestant blessé n’avait été pris en charge dans les hôpitaux rennais, de nombreuses voix se sont élevées pour dénoncer les violences. A deux semaines d’un nouveau grand rassemblement, le syndicat Sud PTT a donc décidé d’inviter les opposants à la loi Travail à venir casqués le 28 avril.

« Nous n’avons pas une âme de martyrs »

« Nous avons bien l’intention de continuer à manifester, y compris dans le centre-ville. Nous n’avons pas une âme de martyrs. Nous n’avons pas l’intention de nous laisser blesser à coups de matraques parce que nous manifestons. Nous appelons donc à manifester casqués : casques de vélo, casques de moto, de scooter, casques de roller, casques de chantier », a fait savoir le syndicat dans un communiqué.

Lors d’une manifestation, un membre du syndicat avait été blessé par les forces de l’ordre. Tombé à terre, il avait essuyé plusieurs coups et décidé de porter plainte. Samedi dernier, d’autres manifestants se sont plaints de violences. Deux jeunes manifestants ont notamment reçu 111 jours d’ITT. De leur côté, les forces de l’ordre ont plusieurs fois dénoncé l’agressivité de certains manifestants.

Un manifestant condamné

Régulièrement pris pour cible par des jets de pierre ou de bouteilles, les CRS et gendarmes mobiles ont souvent répliqué par des tirs de lacrymogènes. Mardi, un manifestant a d’ailleurs été condamné pour des violences commises sur les policiers.

Une rencontre entre les syndicats et le préfet s’est tenue mardi à Rennes pour tenter d’apaiser les tensions. Le petit rassemblement d’étudiants initié quelques heures plus tard s’était d’ailleurs déroulé dans le calme.