Guirec et la poule Monique de retour du Groenland

AVENTURE Le skipper breton s'était laissé emprisonner par les glaces...

Camille Allain
— 
Guirec Soudée et sa poule Monique ont vécu quatre mois sur la banquise du Groenland. Lancer le diaporama
Guirec Soudée et sa poule Monique ont vécu quatre mois sur la banquise du Groenland. — Voyage d'Yvinec

Guirec Soudée était parti « guidé par la lune et les milliers d’étoiles », éclairé par une aurore boréale. C’était le 24 novembre 2015, et le jeune skipper breton prenait le chemin du Groenland pour se faire emprisonner par les glaces à bord de son bateau Yvinec. 130 jours plus tard, l’aventurier est revenu, toujours en compagnie de sa poule Monique qui l’accompagne partout.

Il cassait la glace à coup de batte

Coupé du monde pendant quatre mois, le natif de Plougrescant (Côtes d’Armor) a été libéré des glaces et a pu rejoindre le village de pêcheurs de Saqqaq où il a vécu avant son départ.

Guirec Soudée et sa poule Monique ont vécu quatre mois sur la banquise du Groenland.
Guirec Soudée et sa poule Monique ont vécu quatre mois sur la banquise du Groenland. - Voyage d'Yvinec

Comme il le raconte sur sa page Facebook, l’hiver passé tout là-haut n’a pas été des plus faciles. Balayée par le vent, la banquise a eu du mal à se former, faisant craindre de voir la coque de son bateau éclater. Jusqu’à Noël, il lui aura fallu casser la glace qui envahissait le pont du bateau, tous les jours à coups de batte de baseball.

J’avais le choix entre prendre une douche et écrire le compte rendu du voyage, j’ai choisi la douche… Vous ne m’en voulez pas j’espère… Je voulais quand même vous faire profiter de ma vue aujourd’hui… La suite du récit bientôt ! PS : pardon pour les petites fautes de français dans la vidéo, j’étais trop excité de vous retrouver…

Posté par Voyage d’Yvinec - Guirec Soudée sur lundi 4 avril 2016

Grand amateur de pêche, Guirec a longtemps cru qu’il vivrait de chasse et de pêche. Mais seul un étrange poisson a mordu à son hameçon. Quant à son fusil, jamais il n’a pu le sortir. « Je n’ai jamais pu me résoudre à tuer un animal et pourtant l’occasion s’est présentée plusieurs fois ». Guirec a donc mangé ses 36 kilos de riz et les 106 œufs que Monique lui a pondus. Il a tout de même perdu 12 kilos.

Un nouveau défi cet été ?

Si la banquise a eu du mal à se former, le jeune aventurier explique avoir tout de même pu s’essayer au ski, au kitesurf et à la planche à voile sur glace. Il va maintenant prendre un peu de repos et soigner son bateau avant, peut-être, de tenter cet été le très difficile passage nord-ouest au nord du Canada.