VIDEO: Rennes: A terre, un syndicaliste de 60 ans frappé par des policiers

LOI TRAVAIL Les heurts ont eu lieu en marge de la manifestation jeudi...

C.A.

— 

Des heurts ont éclaté entre policiers et manifestants ce jeudi dans le centre-ville de Rennes.
Des heurts ont éclaté entre policiers et manifestants ce jeudi dans le centre-ville de Rennes. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

On a parlé d’état de siège. Jeudi lors de la manifestation contre la loi Travail à Rennes, les affrontements entre opposants et forces de l’ordre ont duré plus de sept heures, sans discontinuer. Douze personnes ont été interpellées pour des jets de projectiles en direction des policiers. Parmi elles, un syndicaliste de 60 ans conteste les faits. Et assure même avoir été victime de violences policières alors qu’il était à terre.

Membre du syndicat Sud Santé Sociaux, l’homme affirme, vidéo à l’appui, avoir reçu plusieurs coups de la part des forces de l’ordre, alors que celles-ci chargeaient dans la rue Jean-Jaurès, qui mène au Parlement.

Sur la vidéo, on peut voir un homme tomber dans sa fuite et recevoir plusieurs coups de la part de policiers. Il sera ensuite interpellé.Une ecchymose de 15 centimètres a été découverte sur le manifestant.

Sud demande « des explications »

Le syndicaliste devrait porter plainte pour violences en début de semaine, selon son avocat. Son syndicat Sud Santé Sociaux attend lui « des explications officielles écrites des autorités compétentes sur ces comportements relevant d’un conseil de discipline pour les policiers concernés ».

Samedi, dix personnes, dont le syndicaliste, ont été mises en examen et placées sous contrôle judiciaire en attendant leur jugement le 22 avril. On leur reproche d’avoir jeté des projectiles sur les forces de l’ordre qui barraient l’accès à la place du Parlement. Un policier avait été blessé par un projectile.

Plusieurs affaires de violences ont éclaté depuis le début du conflit sur la loi Travail. A Paris, notamment,où une vidéo montrant un policier frapper un lycéen a suscité une vague d’indignation. Le fonctionnaire sera d’ailleurs jugé en correctionnelle.