Rennes: Pour sauver sa langue, la Bretagne compte sur ses enfants

EDUCATION Une nouvelle filière bilingue devrait ouvrir à Rennes…

Camille Allain

— 

Christelle Le Goff est professeur en CE1-CE2 à l'école des Gantelles à Rennes où elle enseigne en breton.
Christelle Le Goff est professeur en CE1-CE2 à l'école des Gantelles à Rennes où elle enseigne en breton. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

« Skrivit gant lizherennou ». Ecrivez ces nombres en lettres. Au tableau de la classe de CE1-CE2 de l’école des Gantelles, à Rennes, le breton côtoie le français. Dans la bouche des élèves aussi.

Depuis une quinzaine d’années, l’établissement a la particularité d’abriter une filière bilingue français-breton qui vient côtoyer les quelque 28 langues déjà parlées par les élèves à la maison.

« C’est un métier différent »

« Cette école, c’est un choix de la mixité. Nous avons ici un mélange d’enfants issus de milieux défavorisés et de milieux bretonnants. C’est riche », explique Christelle Le Goff, enseignante en CE1-CE2.

Après sept ans d’enseignement classique, l’institutrice a décidé de se former au breton pour enseigner en filière bilingue. « Mes parents pratiquaient mais moi non. Je comprenais, mais c’est tout. Aujourd’hui, c’est un métier différent », explique-t-elle.

« A la maison, très peu parlent breton »

Face à elle, 21 élèves viennent suivre les cours de mathématiques, d’histoire ou de géographie en français et en breton. Alienor, Malak, Juliette et Soazig basculent d’une langue à l’autre sans sourciller. « A la maison, très peu parlent breton », assure Christelle.

Dans cette école, qui ouvre ses portes samedi, les élèves commencent l’apprentissage en toute petite section et poursuivent jusqu’au CM2. Au total, 700 élèves sont inscrits en filière bilingue à Rennes. Un chiffre qui grimpe à 16.000 pour l’ensemble de la Bretagne à cinq départements.

En filière bilingue français breton, 21 élèves sont inscrits dans la classe de CE1-CE2 de l'école des Gantelles à Rennes.
En filière bilingue français breton, 21 élèves sont inscrits dans la classe de CE1-CE2 de l'école des Gantelles à Rennes. - C. Allain / APEI / 20 Minutes

Face à la baisse inexorable du nombre de locuteurs - ils sont moins de 200.000 aujourd’hui - les défenseurs de la langue comptent beaucoup sur les jeunes générations pour assurer la sauvegarde du breton.

« Le nombre d’élèves augmente chaque année. C’est bon signe pour garder notre langue vivante. Mais il y a encore du chemin. 80 % des élèves sont scolarisés au primaire », explique Fulup Travers, de l’office public de la langue bretonne.

De plus en plus d’enseignants

Ce mercredi, l’office et la ville de Rennes organisent une réunion publique pour l’ouverture d’une filière bilingue au sein de l’école Champion de Cicé, dans le quartier de Cleunay. « La demande des familles est là. Pour faire face aux besoins nous avons ouvert 49 postes d’enseignants au concours 2016 contre 24 l’an dernier », poursuit Fulup Travers.

Le défi reste maintenant d’inscrire cette filière dans la durée en développant l’offre d’enseignement au collège et lycée, aujourd’hui limitée à deux établissements à Rennes.