Rennes: Polémique autour des analyses de pollution sur la rocade

POLLUTION Des tests sont menés depuis l'abaissement de la vitesse...

C.A.

— 

Un camion d'Air Breizh est garé au bord de la rocade de Rennes pour mesurer la pollution de l'air.
Un camion d'Air Breizh est garé au bord de la rocade de Rennes pour mesurer la pollution de l'air. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Depuis le 1er octobre, la vitesse a été abaissée sur la rocade de Rennes. Très commentée, cette expérimentation visant à réduire les embouteillages et limiter la pollution de l’air doit durer un an. A l’issue de ce test qui prendra fin en septembre, la préfecture et la municipalité décideront du maintien ou non de la vitesse à 70 km/h (90 sur certaines portions).

Pas de bug dans les mesures

Pour s’assurer de l’impact positif de la mesure, de nombreux paramètres seront épiés : embouteillages, pollution de l’air, nombre de véhicules verbalisés, etc. Samedi, alors que le département connaissait un épisode de pollution de l’air prolongé jusqu’à lundi, un article faisait état d’un bug qui avait empêché tout enregistrement de la pollution depuis six mois.

A lire aussi: La qualité de l'air s'est-elle dégradée à Rennes? 

Dans un communiqué, la préfecture d’Ille-et-Vilaine a tenu à rappeler l’importance de ces tests et les modalités. « La campagne de mesures de la pollution et du bruit servant à l’état zéro auquel les résultats de l’expérimentation seront comparés, a été menée du 1er mai au 30 septembre 2015. La nouvelle campagne de mesure sera donc menée à la même période de l’année, soit du 1er mai au 30 septembre 2016 », explique la préfecture, réfutant tout bug des engins de mesure.

Un épisode de pollution aux microparticules touche actuellement le département et notamment la ville de Rennes. Les personnes les plus fragiles sont invitées à limiter leurs déplacements à l’extérieur.