Bretagne: Les nouveaux TER Regio 2N montent en puissance

TRANSPORTS La région vient de passer commande pour quatre nouvelles rames…

Jérôme Gicquel

— 

Le premier Regio 2N a été mis en service fin 2014 sur la ligne Rennes/Saint-Malo.
Le premier Regio 2N a été mis en service fin 2014 sur la ligne Rennes/Saint-Malo. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

D’ici quelques années, les usagers du TER en Bretagne ne circuleront qu’à bord de trains Regio 2N. Mais avant de voir la flotte des vieux trains totalement disparaître, il va encore falloir patienter un peu. Construit par le groupe Bombardier, le premier Regio 2N a été mis en service en novembre 2014 sur la ligne Rennes/Saint-Malo.

Depuis, six trains d’environ 500 places circulent sur le réseau breton, principalement sur les liaisons Rennes/Saint-Malo, Rennes/Brest et Rennes/Quimper. Quatre nouveaux trains de 350 places doivent également être livrés à la région d’ici le mois de mai, auxquels s’ajouteront sept nouveaux trains attendus entre janvier et juin 2017.

Un trafic TER qui progresse de 6 % chaque année

Validée en 2010 pour un montant de 187 millions d'euros, cette première commande de 17 trains ne sera toutefois pas suffisante. Avec « une croissance de la fréquentation de 6 % environ chaque année » selon Gérard Lahellec, vice-président de la région en charge des transports, le réseau TER breton arrive en effet à saturation sur certaines lignes. D’où la nécessité de passer rapidement une nouvelle commande de trains au constructeur, chose faite il y a quelques jours.

« Nous avons commandé quatre nouveaux trains qui arriveront d’ici la fin 2017. Il fallait faire vite de peur de se retrouver dans une vraie impasse matérielle en 2018 », assure Gérard Lahellec. « Mais idéalement, il nous aurait fallu dix trains supplémentaires », poursuit l’élu, qui proposera donc d’ici l’automne à ses collègues du Conseil régional de voter une nouvelle commande « de cinq à six trains pour 2020 ».

Avec la mise en service de la LGV d’ici mai 2017, le rail breton n’a donc pas fini de connaître des évolutions ces prochaines années.