Rennes: Emmanuelle Cosse veut plus de nature en ville

LOGEMENT La ministre était en visite à Rennes ce jeudi...

C.A.

— 

La ministre Emmanuelle Cosse a été accueillie à Rennes par la maire Nathalie Appéré, le 3 mars 2016.
La ministre Emmanuelle Cosse a été accueillie à Rennes par la maire Nathalie Appéré, le 3 mars 2016. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Pour sa première sortie officielle depuis sa nomination, la nouvelle ministre du Logement Emmanuelle Cosse a choisi de faire étape à Rennes ce jeudi. L’ancienne secrétaire d’Europe Ecologie Les Verts a passé la journée dans la capitale bretonne, souvent citée en exemple pour sa politique de logement social. « Je souhaitais faire mon premier déplacement officiel sur des territoires qui ont des politiques innovantes et qui sont efficaces en matière de logement », a-t-elle lancé, en marge de la visite de la ZAC Armorique.

« Une opération exemplaire »

Cette zone d’aménagement concerté abritera à terme 600 logements exemplaires sur le plan énergétique, ainsi que des bureaux et quelques commerces. Située en lisière des prairies Saint-Martin, cette zone s’inscrit dans ce que les politiques aiment appeler « la nature en ville ». « Nous avons ici 30 hectares de verdure juste à côté d’un espace très urbain qu’est le centre-ville. C’est une opération exemplaire », explique Nathalie Appéré, maire de Rennes.

La ministre écologiste a bien évidemment salué l’initiative, assurant au passage qu’elle souhaitait « donner de la visibilité » aux initiatives. « Nous n’allons pas continuer dans le royaume du béton. La nature doit avoir une place forte en ville et je soutiendrai les initiatives qui vont dans ce sens, y compris dans l’usage de matériaux naturels dans la construction », a assuré la ministre.

Plus de crédits alloués à la rénovation

Arrivée dans l’atrium végétalisé d’un bâtiment nouvelle génération, Emmanuelle Cosse a également fait savoir qu’elle souhaitait que la végétalisation des toits se développe, notamment à Paris, où «le zinc peut poser problème lors des fortes chaleurs ».

La ministre a également annoncé qu’une enveloppe supplémentaire serait allouée à la rénovation des logements anciens, via l’Agence nationale de l’habitat (Anah), par ailleurs présidée par Nathalie Appéré. « Cela permettra la rénovation de 70.000 logements dès cette année, contre 50.000 auparavant ». Le centre ancien de la capitale bretonne pourrait d’ailleurs en profiter.