Bretagne: Mouvement de grève à la Cooperl sur fond de crise porcine

AGRICULTURE Des salariés de l’abattoir breton manifestent devant l’usine depuis jeudi…

J.G. avec AFP
Le site de la Cooperl à Montfort-sur-Meu.
Le site de la Cooperl à Montfort-sur-Meu. — André Durand / AFP

Malgré la signature d’un plan pour sauver la filière porcine, les tensions sont toujours vives en Bretagne. Environ 500 personnes se sont rassemblées ce lundi matin devant l’abattoir de la Cooperl à Lamballe (Côtes d’Armor) pour dénoncer les mesures de restrictions salariales présentées par la direction.


Entamé jeudi à la veille des négociations salariales annuelles obligatoires, ce mouvement de protestation a pris de l’ampleur ce lundi, les grévistes de l’usine de Lamballe étant rejoint par une centaine de salariés du site de Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine). Les grévistes protestent contre les propositions de la direction se traduisant par un gel des salaires en 2016 et un nouveau mode de calcul des primes d’ancienneté et du 13e mois.

Augmentation de la cadence et baisse des salaires

« Avec ces mesures, les salariés perdraient entre 300 et presque 600 euros par an », indiquait vendredi Noël Carré, secrétaire du syndicat CGT du site. « Ce serait entre 10 et 17 euros en moins par mois sur l’ancienneté, et 120 à 150 euros en moins chaque semestre sur le 13e mois », avait-il détaillé. « On nous a augmenté les cadences, et passé de 650 porcs à tuer à 700 porcs à l’heure » pour 1.000 personnes en production, a précisé le syndicaliste ce lundi.

 

Selon les syndicats, la direction, injoignable lundi en fin de matinée, justifie son projet par la crise de la filière porcine. Les mesures toucheraient quelque 4.000 salariés sur les 5.000 qu’emploie le groupe coopératif. Une délégation devait être reçue dans l’après-midi à la préfecture des Côtes d’Armor. Leader français de la production porcine, la Cooperl regroupe 2.700 adhérents et produit chaque année 5,55 millions de porcs.