Rennes: 6.000 euros de prime pour les salariés de PSA externalisés

ECONOMIE Le groupe automobile «prête» son service informatique...

C.A. avec AFP
— 
Illustration d'une ligne de montage à l'usine PSA La Janais.
Illustration d'une ligne de montage à l'usine PSA La Janais. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Après quelques débrayages des syndicats à Rennes et Sochaux, la direction de PSA Peugeot Citroën a proposé une prime de 6.000 euros et un « droit au retour » aux 200 salariés des services informatiques devant être externalisés au sein du groupe informatique Capgemini.

47 salariés concernés à Rennes

A Rennes, 47 salariés sont concernés. Membres de la Direction des systèmes d’information, ils doivent être transférés en juin chez Capgemini, sur le site de Cesson-Sévigné, à une dizaine de kilomètres de l’usine automobile. Au total, 198 salariés des sites de Rennes, Sochaux, Bessoncourt (Belfort), Mulhouse, Poissy et Vélizy.

PSA avait instauré une prime du même montant l'an dernier pour une autre externalisation, celle de personnels d’études et d’essais. En cas « d’inadéquation de poste », le salarié aura trois ans pour revenir chez PSA.

« Cela ne respecte pas le volontariat »

La mesure a reçu un accueil mitigé chez les salariés. Selon Olivier Laurent, représentant CFE-CGC de Sochaux, « cela ne respecte pas le volontariat qui est l’esprit du nouveau contrat social », l'accord de compétitivité de PSA. L’externalisation répond à l’objectif de « se concentrer sur le cœur d’activité » en faisant appel au « savoir-faire » de Capgemini, « leader mondial de son domaine », a exposé un porte-parole de PSA.