Bretagne: Stéphane Le Foll «croit en l'avenir de la filière porcine française»

AGRICULTURE Le ministre était à Rennes lundi pour signer un plan de secours...

C.A.
— 
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll était à Rennes lundi 22 février 2016 pour signer le plan de soutien de la filière porcine.
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll était à Rennes lundi 22 février 2016 pour signer le plan de soutien de la filière porcine. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Après avoir reçu la visite surprise d’agriculteurs dans son jardin dimanche soir, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll s’est rendu à Rennes ce lundi pour signer le plan pour l’avenir de la filière porcine en Bretagne. Promis par le préfet après les barrages routiers qui avaient touché la région, ce plan doit venir en aide aux producteurs en difficulté, frappés par la baisse du prix de la viande.

« Il y a des doutes chez les producteurs. Mais je sais qu’il y a un avenir pour la filière porcine en France et particulièrement en Bretagne », a lancé le ministre à l’issue de la réunion avec les représentants de la filière.

A lire aussi : Une photo de Stéphane Le Foll agite le web

Difficile pourtant de ressortir les mesures phares de ce plan, qui ressemble plutôt à un recueil de bonnes intentions. « L’Etat et la région soutiendront les initiatives de la GMS pour favoriser l’approvisionnement en porc français », précise le plan signé ce lundi.

Présent en tant que président de région, Jean-Yves Le Drian a pour sa part annoncé que la Bretagne consacrerait 30 millions d’euros en 2016 pour la filière porcine. « Nous voulons notamment encourager la modernisation des exploitations et l’aide à l’installation ». La région s’est également engagée à privilégier les achats responsables de viande porcine.

« Pas grand-chose de nouveau »

Quelques jours après les annonces de Manuel Valls, ce nouveau plan a été accueilli avec prudence par les éleveurs. « Il n’y a pas grand-chose de nouveau. Ce qu’il faut c’est une structuration de la filière. On va peut-être s’unir à quelques-uns, mais à quoi ça va servir ? », a réagi un éleveur d’Ille-et-Vilaine à la sortie de la réunion.