Bretagne: L’agriculture a perdu 300.000 emplois en 40 ans

CRISE AGRICOLE Le nombre d’exploitations a également été divisé par quatre dans la région…

Jérôme Gicquel

— 

Venus de tout le Grand Ouest, les agriculteurs ont bloqué la rocade de Rennes mercredi.
Venus de tout le Grand Ouest, les agriculteurs ont bloqué la rocade de Rennes mercredi. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Voilà un éclairage pour le moins intéressant alors que la crise agricole bat son plein en Bretagne. Selon Le Télégramme qui s’appuie sur des données de l’Agreste, le secteur agricole a détruit 300.000 emplois en quarante ans dans la région. En 1970, on recensait ainsi 150.000 exploitations employant 370.000 personnes en Bretagne. En 2010, on ne comptait plus que 35.000 exploitations et seulement 70.000 emplois.

Crise de l’agriculture : Manuel Valls annonce une « année blanche sociale »

Si le nombre de fermes se réduit comme peau de chagrin, leur superficie ne cesse quant à elle de s’accroître. En 1970, un agriculteur breton gérait en moyenne 8,6 hectares de terre. Quarante ans plus tard, il travaille désormais sur plus de 28 hectares.

Plus de production et plus de richesse, à condition bien sûr de vendre

Cette montée en puissance des exploitations se traduit également d’un point de vue financier. Selon les données de l’Insee, une exploitation agricole bretonne produisait en moyenne 71.000 euros de richesse en moyenne à la fin des années 80. En 2010, le chiffre atteignait les 180.000 euros annuels, et même les 220.000 euros pour le département du Finistère.

Ces derniers chiffres sont toutefois à prendre avec des pincettes car il ne s’agit là que d’un indice de production brute standard. Car avant de voir l’argent rentrer dans ses caisses, l’agriculteur doit d’abord vendre sa production. Et c’est justement là où le bât blesse ces derniers mois avec des prix en chute libre et des relations pour le moins tendues avec la grande distribution.