LGV: La ligne Le Mans/Rennes coûtera plus cher que prévu

TRANSPORTS Le groupe Eiffage réclame près de 200 millions d’euros à SNCF Réseau…

Jérôme Gicquel

— 

Le chantier de la LGV Bretagne Pays de la Loire, ici en septembre 2015 à hauteur de Châteaugiron, en Ille-et-Vilaine.
Le chantier de la LGV Bretagne Pays de la Loire, ici en septembre 2015 à hauteur de Châteaugiron, en Ille-et-Vilaine. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Si le chantier la ligne à grande vitesse entre Le Mans et Rennes avance à grand pas, tout ne roule pas pour autant sur des roulettes. Chargé de la construction de la ligne, le groupe Eiffage réclame ainsi 200 millions d’euros supplémentaires à SNCF Réseau pour ce gigantesque chantier de 3,4 milliards d’euros, révèle Le Figaro.

Selon Eiffage, ces surcoûts seraient liés à des spécifications techniques qui lui auraient été fournies avec retard par la SNCF. « Comme le trafic de fret sera plus faible qu’imaginé au début, on nous a demandé de mettre de l’inox sur les rails pour éviter qu’ils ne se grippent. Cela a un coût », indique une source proche du dossier.

La mise en service de la ligne toujours prévue pour mai 2017

Pour les mêmes raisons, le groupe Bouygues réclame également 200 millions d’euros supplémentaires à SNCF Réseau pour le contournement LGV Nîmes-Montpellier.

A lire aussi : La SNCF assure que la LGV sera livrée à temps

Cette négociation financière entre Eiffage et la SNCF ne devrait toutefois pas avoir d’incidence sur le calendrier de mise en service de la LGV prévue pour mai 2017. A cette date, Paris sera alors à seulement 1h27 de Rennes en train.