Ligue 1: Pour le bien de Guingamp, Mevlüt Erding va devoir muscler son jeu

FOOTBALL L'attaquant franco-turc est peu efficace depuis son arrivée dans les Côtes-d'Armor...

Jeremy Goujon

— 

Mevlüt Erding, ici dans les bras de Jonathan Martins Pereira.
Mevlüt Erding, ici dans les bras de Jonathan Martins Pereira. — F. Tanneau / AFP

Plus d’un mois après son retour en Bretagne, après un an et demi passé au Stade Rennais (janvier 2012-2013), que donne Mevlüt Erding à Guingamp ? D’un point de vue statistique, les chiffres du joueur prêté par Hanovre ne sont pour l’instant pas folichons.

Titularisé à cinq reprises par Jocelyn Gourvennec, pour huit apparitions toutes compétitions confondues, l’attaquant n’a inscrit qu’un seul but (aucune passe décisive), le 3 février contre Troyes (4-0). Pire, Erding tire rarement (dix tentatives en sept matchs de Ligue 1) et à côté (deux frappes cadrées).

Les supporters préfèrent la doublette Briand-Privat

Difficile, en revanche, de remettre en cause sa pugnacité. « Il se bat bien, c’est indéniable. Mais au final, il apporte assez peu, résume Thierry, supporter guingampais. Dans le 4-4-2 quasi immuable de Gourvennec, il a du mal à être complémentaire de Jimmy Briand. Le duo Briand-Sloan Privat, ça me semble mieux coller et plus efficace. »

Dépossédé de sa place de titulaire depuis l’arrivée de Mevlüt Erding, Privat appréciera le compliment. Son ancien partenaire à Sochaux, sans doute moins. Même si l’international turc, dont l’objectif personnel est d’être sélectionné pour l’Euro, sait aussi avouer ses faiblesses. « Je dois avoir plus de caractère. C’est peut-être ça qui m’a manqué [au cours de sa carrière], mais je suis toujours là. »

Et à l’approche du sprint final en championnat, celui qui facture tout de même 83 réalisations en L1 (en 261 rencontres) risque fort d’être utile à l’EAG dans la quête du maintien. C’est du moins l’avis de Guy Lacombe, qui avait croisé Erding quand ce dernier fréquentait la pépinière sochalienne.

Attendre la journée d'après, si possible...

« Depuis un certain temps, j'ai remarqué que les joueurs qui arrivaient à Guingamp avaient d’abord un peu de mal, puis apportaient leur pleine contribution, déclare le responsable de la formation des cadres techniques à la DTN. En tant qu’attaquant, Mevlüt est logiquement tributaire de ses coéquipiers, mais il peut faire mal aux défenses adverses. »

À ce propos, Lacombe espère que celle du FC Lorient, hôte des Rouge et Noir samedi soir, ne sera pas trop malmenée par le néo-Guingampais. « Je suis le tuteur de Sylvain Ripoll [coach du FCL], donc je préférerais pour lui que Mevlüt attende une journée de plus pour marquer… »