FC Lorient: Majeed Waris est-il ingérable ? «Pas du tout», répond son ancien président

FOOTBALL L'attaquant ghanéen a récemment été écarté par l'entraîneur Sylvain Ripoll...

Jeremy Goujon

— 

Majeed Waris (à d.) à la lutte avec le Rennais Pedro Mendes, le 24 octobre 2015.
Majeed Waris (à d.) à la lutte avec le Rennais Pedro Mendes, le 24 octobre 2015. — F. Tanneau / AFP

Loin du « Serge Aurier-gate », un autre psychodrame est survenu du côté de Lorient. Écarté à deux reprises par son entraîneur Sylvain Ripoll, à la fois pour le match de Coupe de France à Sarre-Union et le déplacement à Nantes en Ligue 1, l’attaquant Majeed Waris payait là son comportement du 6 février.

Faire amende honorable

L’international ghanéen, remplacé avant la pause contre Montpellier (1-1), du fait de l’expulsion de son coéquipier Francis Bellugou, avait ignoré son coach (pas de regard, ni de poignée de main). Circonstance aggravante : Waris déserta le Moustoir directement après sa sortie du terrain.

Sanctionné sportivement, mais aussi financièrement par la direction des Merlus, le joueur a dû se contenter du CFA, le week-end dernier (63 minutes face à Bergerac). Cependant, comme la semaine passée, il figurait bien ce mardi dans le groupe de Sylvain Ripoll, à l’Espace FCL de Kerlir (Ploemeur), en faisant preuve de bonne volonté. « Il a repris une semaine d’entraînement classique », a simplement commenté le technicien breton.

Il a loupé la moitié de la saison

Probablement convoqué pour la réception de Guingamp, samedi soir, Majeed Waris n’a désormais plus que douze journées pour se faire définitivement pardonner. L’intéressé n’en était pas, en effet, à son premier coup de sang, puisqu’à l’aller contre l’EAG, il avait cherché à « découper » Jimmy Briand. Exclu pour son tacle d’humeur, l’ex-futur membre du Stade Rennais avait écopé de six matchs de suspension.

Une question se pose alors : Waris, également blessé à plusieurs reprises au cours de la saison (il n’a disputé que la moitié des rencontres de championnat, pour quatre buts et trois passes décisives), est-il ingérable ? Contacté par 20 Minutes, son ancien président Jean-Raymond Legrand, qui l’avait fait venir à Valenciennes en 2014, tord le cou à cette supposée réputation.

Footballeur bénévole

« Au contraire, il est adorable, certifie le chef d’entreprise. Je me souviens qu’avant un départ en sélection, il m’avait dit : "Président, ne me payez pas pendant cette semaine". Un footballeur qui demande à ne pas être payé, ça n’existe pas. Du moins, je n’avais jamais vu ça. En plus d’être un super mec, c’est un super joueur, et ça me contrarie de le voir comme ça à Lorient. »

Au moment où l’escouade morbihannaise (14e) glisse dangereusement vers le bas du classement (une seule victoire en L1 en 2016), le retour de Waris pourrait en tout cas mettre tout le monde d'accord. À condition que Majeed redevienne « Magic »