Crise agricole: Les agriculteurs maintiennent la pression en plein conseil européen

SOCIAL Plusieurs actions sont menées ce lundi en Bretagne et dans l’Ain…

J.G. avec AFP

— 

Des manifestants utilisent des tracteurs et des pneus en feu pour bloquer les accès à la ville de Vannes, en Bretagne ce lundi matin
Des manifestants utilisent des tracteurs et des pneus en feu pour bloquer les accès à la ville de Vannes, en Bretagne ce lundi matin — JEAN-SEBASTIEN EVRARD AFP

Le monde agricole avait prévu d’envoyer un signal fort à Bruxelles. En plein Conseil européen sur l’agriculture, les agriculteurs ont mené plusieurs actions ce lundi en Bretagne, en Normandie ou encore dans l’Ain pour dénoncer les cours trop bas de leurs productions.

A lire aussi : L’approvisionnement des supermarchés perturbé dans l’Ain

Dès 6h du matin, la ville de Vannes dans le Morbihan s’est ainsi retrouvée paralysée par plusieurs barrages filtrants. En Normandie, 43 tracteurs avec des remorques ont effectué une opération escargot sur la RN13 entre Bayeux et Caen avant d’être bloqués vers midi à un rond-point menant à Caen par les forces de l’ordre.

La France souhaite « un plan européen de stockage » pour le porc et le lait

« Il y a beaucoup de colère et de désespérance », a reconnu Xavier Beulin, président de la FNSEA ce lundi sur France Info. « La balle est dans le camp des pouvoirs publics, à la fois communautaires et nationaux », mais aussi dans celui des « partenaires de la filière », a-t-il ajouté.

Jeudi soir lors de son allocution télévisée, le président de la République François Hollande a promis que « les choses allaient bouger » lors de ce Conseil européen, où la France compte notamment demander « un plan européen de stockage » pour désengorger le marché de la surproduction de lait et de porc.

La pression mise sur la grande distribution

Vendredi, les ministres de l’Agriculture et de l’Economie ont accentué la pression sur la grande distribution afin d’amener les grandes enseignes du secteur à revoir leurs pratiques de fixation des prix auprès des industriels et producteurs agricoles, asphyxiés par des rémunérations trop basses.