Etat d'urgence: Pour justifier son absence, un député breton envoie son certificat médical

POLITIQUE L’hémicycle était peu rempli lundi soir…

C.A.

— 

Assemblée nationale, le 13 avril 2015. Rares étaient les députés présents lors de l'examen du projet de loi sur le renseignement.
Assemblée nationale, le 13 avril 2015. Rares étaient les députés présents lors de l'examen du projet de loi sur le renseignement. — WITT/SIPA

Lundi soir à l’Assemblée Nationale, les députés français se sont penchés sur l’inscription de l’état d’urgence dans la Constitution. Enfin quelques députés. Alors que le texte fait clairement débat depuis des semaines, ils n’étaient que 136 députés présents sur les 577 élus que compte l’Assemblée Nationale. Un chiffre qui a particulièrement choqué la toile, relançant le débat autour de l’assiduité des parlementaires.

Le député hospitalisé

Depuis, on a entendu de nombreux élus se justifier, ressortant l’argument du travail effectué en commission. En Bretagne, le député UDI de la circonscription de Fougères (Ille-et-Vilaine) Thierry Benoit a tenu à prouver sa bonne foi en expliquant être absent « en raison de son hospitalisation ». Et pour le prouver, il a même tenu à adresser un certificat médical à la presse.

Thierry Benoit, qui se décrit comme « habituellement très actif à l’assemblée » explique par ailleurs avoir « organisé une délégation de vote avec les services compétents de l’Assemblée Nationale ».

Selon l’analyse du scrutin, trois députés d’Ille-et-Vilaine ont pris part au vote. Marie-Anne Chapdelaine et François André (PS) ont voté pour et Gilles Lurton (Les Républicains) s'est prononcé contre.