Essai clinique à Rennes: Biotrial réfute «tout manquement majeur»

SANTE Le centre de recherche médicale a été mis en cause dans un rapport...

C.A.

— 

Le directeur du centre de recherche médicale Biotrial à Rennes, François Peaucelle.
Le directeur du centre de recherche médicale Biotrial à Rennes, François Peaucelle. — Loïc Venance / AFP

Le centre de recherche médicale rennais Biotrial n’a semble-t-il pas apprécié les conclusions de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Dans son rapport présenté ce jeudi, la « police sanitaire » a relevé « trois manquements majeurs » dans la gestion de l’essai clinique qui a coûté la vie à un homme de 49 ans.

« Rien ne justifiait la suspension de l’essai »

Attaqué notamment sur l’administration de la dernière dose alors que l’un des patients était hospitalisé, Biotrial se défend de tout manquement. « Le volontaire a été hospitalisé dès l’apparition de ses symptômes légers en vue d’explorations complémentaires. Dans la nuit, les nouvelles émanant du CHU étaient rassurantes et son retour attendu pour le lendemain », se défend Biotrial dans un communiqué. « Rien ne justifiait la suspension de l’essai », ajoute le centre.

A lire aussi : L’Igas pointe « trois manquements majeurs »

Biotrial assure avoir suspendu le test « par précaution » après avoir appris la dégradation de l’état de santé du patient. Le centre rennais, qui menait l’essai pour le compte du laboratoire portugais Bial, regrette également « d’apprendre par voie de presse les conclusions de ce pré-rapport qui n’a pas été établi de manière contradictoire ».

« Nous avons réagi dans les délais »

Interrogé en fin de semaine dernière par 20 Minutes, le directeur de Biotrial s’était défendu. « Nous considérons que nous avons réagi dans les délais, conformément aux standards internationaux auxquels nous sommes soumis », avait déclaré François Peaucelle.

Les cinq patients qui avaient reçu la dernière dose sont tous rentrés chez eux. Si certains présentaient des lésions cérébrales, on ignore aujourd’hui leur gravité. Les autres patients auscultés ne présentaient, eux, « aucune anomalie ».