Bretagne: Les agriculteurs promettent un mercredi noir sur les routes

SOCIAL Des blocages sont annoncés sur les principaux axes de la région…

Jérôme Gicquel
— 
Des agriculteurs manifestent le 21 janvier 2016, près de Plestan (Côtes-d'Armor) pour protester contre la baisse des prix de la viande
Des agriculteurs manifestent le 21 janvier 2016, près de Plestan (Côtes-d'Armor) pour protester contre la baisse des prix de la viande — THOMAS BREGARDIS AFP

La circulation risque d’être très compliquée ce mercredi sur les routes bretonnes avec une journée classée noire. Et ce n’est pas Bison Futé qui l’annonce mais les agriculteurs. Répondant à l’appel de la Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles et des Jeunes Agriculteurs (JA), les éleveurs bretons ont prévu de bloquer les principaux axes de circulation dans la région, comme ils le font régulièrement depuis quelques jours.

Quatre points de blocage devraient être mis en place par les agriculteurs, mercredi dans les… https ://t.co/aWOpBFh0X9 via @LeTelegramme
— Télégramme Lamballe (@TLGLamballe) 26 Janvier 2016

« On nous écoute mais on ne nous entend pas. On est arrivés au bout du rouleau », soupire Jean-Paul Riault, président des JA de Bretagne et producteur laitier à Guipry-Messac.

Les agriculteurs prévoient de ne rien lâcher

Fragilisés par une profonde crise des filières de l’élevage, les agriculteurs espèrent par cette opération coup de poing se faire entendre par le Gouvernement. « On réclame soit du prix, soit une réduction des charges. Car beaucoup d’entre nous ne gagnent même pas le Smic », assure le jeune agriculteur. La faute selon eux à des distorsions de concurrence entre les pays européens « tant au niveau social, fiscal qu’environnemental ».

>>A lire aussi : Le mouvement des bonnets roses voit le jour sur fond de crise porcine

En plus de l’Etat, les salaisonniers et les acteurs de la grande distribution sont également dans le viseur des agriculteurs. Ils réclament notamment depuis plusieurs mois « l’étiquetage de l’origine des produits frais et transformés » ainsi qu’une meilleure « répartition des marges entre les acteurs de la filière ».

Stéphane Le Foll attendu jeudi à Rennes

Sans réponse concrète du Gouvernement, les agriculteurs prévoient de ne rien lâcher. Ils espèrent également la venue du Premier ministre Manuel Valls en Bretagne « pour enfin nous donner des réponses ».

En attendant une éventuelle visite du Premier ministre, une table ronde sur les filières agricoles en difficulté doit se tenir jeudi après-midi à la préfecture de région à Rennes en présence d’élus régionaux et de représentants du monde agricole. Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll est également attendu.