Rennes: Dix bonnes raisons d’aller au festival Travelling

CINEMA La Corée du Sud et sa capitale Séoul sont les invitées…

Camille Allain

— 

Extrait du film
Extrait du film — Les Acacias

Après avoir visité Oslo en 2015, le festival de cinéma Travelling a cette année décidé de mettre le cap sur la Corée du Sud et sa capitale Séoul. Du 2 au 9 février, ce sont ainsi 202 films dont 80 longs-métrages qui seront projetés dans une vingtaine de cinémas de la région. Au total, 40 lieux accueilleront des événements. Voici pourquoi vous devriez vous y pencher.

1- Pour le festival d’avant-premières.

Travelling a cette année obtenu plusieurs avant-premières notables. Et notamment celle d’« Un jour avec, un jour sans », du réalisateur Hong Sang-soo. « C’est sans nul doute le plus grand cinéaste coréen », assure Fabrice Bassemon, directeur du festival. De nombreuses autres séances spéciales sont programmées, souvent en présence des réalisateurs ou des acteurs.

2- Pour voir « le meilleur film de Cannes ».

« J’ai vu 55 films à Cannes cette année. C’est celui-ci que j’ai préféré », assure Fabrice Bassemon. Ce film, c’est « Le Trésor », du Roumain Corneliu Porumboiu, qui sera présent à l’avant-première. L’œuvre a été récompensée du Grand prix Un certain Regard à Cannes.

3- Pour voir Rennes à l’écran.

La capitale bretonne n’est pas le spot favori des cinéastes et il est finalement assez rare de voir Rennes à l’écran. Dans le cadre d’un focus à l’Ouest, Travelling projettera cette année « Suite Armoricaine », de Pascale Breton. Le film a été tourné dans le quartier de Villejean et notamment à l’université Rennes 2. A l’occasion des 20 ans de la société rennaise 1001 Films, Travelling mettra à l’honneur le film « Dégradé » produit et post-produit à Rennes mais dont l’intrigue se déroule dans un salon de coiffure de Gaza.

4- Pour voir le meilleur film français de l’année.

« Ce film, il m’a retourné ». « Moi aussi ». Les deux responsables de Travelling ont été bluffés par le film « Je ne suis pas un salaud », qui sera présenté en avant-première. La prestation de l’acteur Nicolas Duvauchelle y a été remarquée, comme ce fut le cas dans « Polisse ».


5- Pour découvrir l’empire Samsung.

« En Corée, Samsung c’est presque plus puissant que l’Etat », dit Fabrice Bassemon. A travers des expositions et des documentaires, le festival montrera l’envers du décor de la célèbre marque coréenne. « Nous montrerons les conditions effroyables dans lesquelles nos téléphones sont conçus. On ne va pas se faire que des amis ».

6- Pour revoir Old Boy.

C’est sans doute l’un des chefs-d’œuvre du cinéma sud-coréen. Le film Old Boy, sorti en 2004, sera de nouveau projeté sur grand écran dans le cadre du festival. Très violent et interdit au moins de douze ans, le film raconte l’histoire d’un homme enlevé et séquestré que l’on accuse d’avoir tué sa femme. Une pépite.


7- Pour découvrir Gilles Servat en acteur.

« J’avoue, je ne savais pas que Gilles Servat avait été acteur », avoue Anne Le Hénaff. Si même la directrice artistique du festival l’ignorait, on parie que vous ne saviez pas non plus. L’interprète de La Blanche Hermine apparaît dans le film de 1976 « La folle de Toujane » de René Vautier, célèbre cinéaste décédé il y a un an.

8- Pour rencontrer M. Chat.

Parrain de Travelling Junior, M. Chat est un street-graphiste bien connu pour dessiner son animal préféré sur les murs de la ville.

9- Pour boire un coup.

Le festival organise cette année un ciné-cépage, où s’enchaîneront les documentaires autour du vin et des dégustations menées par Dominique Hutin, journaliste et chroniqueur vin dans l’émission « On va déguster » sur France Inter. Des dégustations de soju, alcool de riz coréen, sont également prévues.

10- Pour en savoir plus sur les drones.

Comme chaque année, Travelling aime montrer les coulisses du cinéma. Pour cette nouvelle édition, c’est le drone qui sera mis à l’honneur. Débarqué il y a quelques années dans le cinéma, l’appareil est une révolution pour filmer, notamment dans le cadre de documentaires.