Rennes: Les dealers de Maurepas devant la justice

PROCES Les policiers avaient procédé à un vaste coup de filet le 15 décembre dans le quartier…

Jérôme Gicquel

— 

Plusieurs kilos de drogue, des armes et 38.000 euros en liquide avaient été saisis mi-décembre dans le quartier.
Plusieurs kilos de drogue, des armes et 38.000 euros en liquide avaient été saisis mi-décembre dans le quartier. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Cinq personnes, quatre hommes et une femme âgés de 19 à 30 ans, comparaissent ce mardi devant le tribunal correctionnel de Rennes pour trafic de stupéfiants. Cela fait suite à un vaste coup de filet mené par les policiers le 15 décembre dernier dans le quartier de Maurepas qui avait débouché sur l’interpellation de 18 personnes. Lors des perquisitions menées au domicile de l’un des prévenus et dans la cave d’un d’immeuble servant de planque, les policiers avaient mis la main sur cinq kilos d’herbe, deux kilos de résine de cannabis, un kilo de MDMA ainsi que 60 grammes de cocaïne.

Plusieurs armes à feu, dont un fusil à pompe, des pistolets et des revolvers, ainsi que 38.000 euros d’argent en liquide avaient également été saisis. « On avait affaire à des gens bien ancrés dans le banditisme », assurait à l’époque le commandant Marc Guillemois de la sûreté départementale. Déférés devant le parquet, les cinq individus avaient été placés en détention dans l’attente de leur procès.

Un commanditaire mystérieux fait surface

Lors de l’audience ce mardi matin, le principal accusé est revenu sur les déclarations qu’il avait fournies aux enquêteurs lors de sa garde à vue. Il avait alors reconnu les faits, indiquant qu’il fournissait les dealers du quartier. « Je ne fais pas en dessous du kilo. Je ne fais pas dans le détail mais dans le gros », avait-il déclaré.

A la barre, le jeune homme a changé sa version, en indiquant être le simple exécutant d’un commanditaire mystérieux. « J’ai tout avoué lors de la garde à vue par peur des représailles. J’avais des dettes auprès du gros dealer du quartier. Je me suis fait tabasser et il m’a dit de travailler pour lui », a-t-il déclaré devant les juges, livrant parfois des explications confuses sur l’origine de l’argent retrouvé à son domicile.

Le «lieutenant» et la nourrice à la barre

A ses côtés comparaissent également un jeune homme, soupçonné d’être son « lieutenant », ainsi qu’une jeune femme qui servait de nourrice. Consommatrice de cannabis depuis son adolescence, elle s’approvisionnait également auprès du principal dealer et écoulait la marchandise dans le quartier. L’audience doit reprendre en début d’après-midi avec l’audition des deux derniers prévenus.