Ille-et-Vilaine: La reprise du marché immobilier se confirme

LOGEMENT Les transactions dans le neuf ont augmenté de 53 % en 2015...

Jérôme Gicquel

— 

Rennes a tiré le marché de l’immobilier l’an dernier en Ille-et-Vilaine.
Rennes a tiré le marché de l’immobilier l’an dernier en Ille-et-Vilaine. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

Les notaires peuvent avoir le sourire. Après plusieurs années moroses, le marché de l’immobilier a repris des couleurs l’an dernier en Ille-et-Vilaine. Le nombre de transactions s’est ainsi envolé dans le neuf avec une hausse des volumes de 53% par rapport à 2014. A un degré moindre, les maisons ont également trouvé des acheteurs dans le département avec des transactions qui progressent de 28%, tout comme les appartements anciens (+17%).

« Cette tendance devrait se poursuivre cette année », prévient Alain Gautron, président de la chambre des notaires d’Ille-et-Vilaine. Malgré cette embellie, les prix sont restés stables dans le département, à l’exception des appartements anciens et des maisons anciennes qui voient leurs prix légèrement reculer.

Le quartier de Cleunay a la cote, Maurepas et Beaulieu un peu moins

Si le marché de l’immobilier s’est aussi bien porté l’an dernier en Ille-et-Vilaine, c’est en raison de « l’attractivité de la métropole rennaise et du littoral », souligne Alain Gautron. Dans la capitale bretonne, les prix ont ainsi progressé en un an de 4% dans le neuf. Pour les appartements anciens, si les prix stagnent en général, certains quartiers tirent toutefois leur épingle du jeu comme Cleunay, avec un prix médian au m2 en hausse de 3,2% (2.660 euros).

A l’inverse, certains quartiers perdent de la valeur comme Francisco Ferrer, Maurepas et Beaulieu. Cesson-Sévigné reste enfin la commune la plus chère du département. Pour vous y offrir une maison, il faudra ainsi débourser près de 340.000 euros, juste devant Saint-Grégoire (332.000 euros).