Rennes: Le ravisseur du petit Rifki condamné pour une autre agression sexuelle

JUSTICE Il était jugé pour des faits antérieurs à l'enlèvement...

C.A.
— 
Une salle d'audience du tribunal de grande instance de Rennes, à la cité judiciaire.
Une salle d'audience du tribunal de grande instance de Rennes, à la cité judiciaire. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Le samedi 15 août, le petit Rifki, jeune garçon d’origine comorienne, était enlevé place de la Mairie à Rennes. L’alerte enlèvement est lancée et la France entière voit le visage du garçon apparaître dans les médias. Retrouvé sain et sauf le lendemain à Libourne (Gironde), le garçon a été enlevé par un proche de ses parents, rapidement interpellé.

Des faits antérieurs à l’enlèvement

L’homme était jugé mardi devant le tribunal correctionnel de Rennes pour des faits d’agression sexuelle, antérieurs à l’enlèvement du petit Comorien, rapporte Ouest-France. L’homme se serait rendu coupable d’attouchements sur un enfant de neuf ans alors qu’il était hébergé chez les parents du garçon en juin 2015, rapporte le quotidien. Le père avait appelé la police et l’agresseur présumé avait été entendu, avant d’être remis en liberté.

« Des crises d’angoisse »

A la barre, l’homme a expliqué qu’il souffrait « de crises d’angoisse » et que « la présence de l’enfant le rassurait ». Il a été condamné à un an de prison dont six mois avec sursis. Incarcéré depuis l’enlèvement de Rifki, l’homme sera jugé ultérieurement pour ces faits.

Agé de 24 ans, l’homme est arrivé en France en janvier 2015. Il travaillait auparavant comme animateur pour enfants à Mayotte.