Coupe de France: Le Stade Rennais se qualifie aux tirs au but à Nice

FOOTBALL Les Rouge et Noir sont en 16es de finale après un match à rallonge...

Jeremy Goujon

— 

Jérémie Boga, ici face à Saint-Étienne en championnat, a été l'auteur de l'égalisation rennaise à Nice, en Coupe de France.
Jérémie Boga, ici face à Saint-Étienne en championnat, a été l'auteur de l'égalisation rennaise à Nice, en Coupe de France. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Il y aura bien cinq représentants bretons en 16es de finale de la Coupe de France. Tombeur de Nice aux tirs au but (6-7), ce lundi, le Stade Rennais rejoint en effet Lorient, Guingamp, Saint-Malo et Concarneau au tour suivant.

Un scénario à rebondissements

Privé de nombreux éléments, le SRFC est passé par toutes les émotions à l’Allianz Riviera. Le club bretillien pensait par exemple avoir fait le plus dur en prolongation, quand Benjamin André expédiait une mine sous la barre d’Hassen (1-2, 113e). C’était sans compter sur le penalty transformé par Ben Arfa (2-2, 118e), après une faute peu évidente de Romain Danzé, exclu par la même occasion.

« Le match était un peu fou, c’est parti dans tous les sens », déclarait André au micro d’Eurosport 2. Menés au score à la suite d’un corner bêtement concédé par Cheikh M’Bengue (1-0, 39e), les hommes de Philippe Montanier étaient parvenus à égaliser grâce à Jérémie Boga (1-1, 82e), alors que les Niçois évoluaient à dix depuis l’expulsion de Koziello (73e).

Une Ligue 2 au prochain tour

Marquée par le duel des gauchers géniaux (Ben Arfa d’un côté, Juan Quintero, entré en jeu à la 62e minute, de l’autre), la rencontre basculait finalement en faveur des Rennais durant la fatidique séance des tirs au but, où Benoît Costil, auteur de deux arrêts, imitait presque son compère de l’équipe de France, Steve Mandanda. Suffisant toutefois pour gagner le droit de recevoir Bourg-en-Bresse (Ligue 2), le 19 ou 20 janvier…