Miss France: La Bretonne Léa Bizeul veut prouver qu’elle mérite son écharpe

BEAUTE La Malouine représentera la Bretagne samedi soir à Lille…

Camille Allain
— 
La miss Bretagne Léa Bizeul ici lors d'un shooting photo à Tahiti le 25 novembre 2015
La miss Bretagne Léa Bizeul ici lors d'un shooting photo à Tahiti le 25 novembre 2015 — BENJAMIN DECOIN/SIPA

Tout a été si vite pour Léa Bizeul. Elue première dauphine d’Eugénie Journée le 3 octobre, la jeune femme voyait ses espoirs de devenir Miss France s’envoler. Avant d’apprendre deux jours plus tard qu’elle porterait finalement l’écharpe de Miss Bretagne, Eugénie Journée ayant été exclue pour une photo topless qui a beaucoup fait parler d’elle.

>> Découvrez en photo les 31 candidates au concours Miss France

C’est donc Léa qui a rejoint les 30 autres miss pour le traditionnel mois de préparation et notamment un voyage de rêve à Tahiti. « Jamais je n’aurais imaginé tout ça. C’est allé tellement vite. Tahiti, c’était incroyable. C’était une semaine très intense mais nous avons passé des moments merveilleux avec les autres filles », raconte la jeune femme, inscrite en DUT de Techniques de commercialisation à Saint-Brieuc.

Catapultée miss Bretagne au milieu d’un foutoir médiatique, la Malouine de 19 ans semble un brin revancharde. « Aujourd’hui, c’est moi qui porte l’écharpe et j’ai envie de montrer aux gens que j’ai ma place dans cette élection. Je vais tout faire pour représenter au mieux ma région », lance Léa, du haut de son mètre 76, rompu aux épreuves de gymnastique.

« Ce n’était pas un rêve de petite fille »

Il y a quelques mois, c’est sa maman qui l’avait inscrite au concours en centre Bretagne. La jeune femme s’était imposée, devant Eugénie Journée… « Ma mère regarde toujours le concours, elle a voulu que j’essaie. Pour moi, ce n’était pas un rêve de petite fille, je voulais avant tout profiter du moment. Je ne pensais pas du tout à la couronne », confiait-elle en octobre.

A deux jours de l’élection nationale à Lille, le discours a un peu changé. « On a toutes envie d’aller le plus loin possible et évidemment d’aller chercher la couronne », glisse la jeune femme. Et si jamais ça ne marche pas ? « Je retournerai à mes études à la rentrée ». A moins que Léa, qui avoue s’inspirer de Laury Thilleman, marche dans les pas de la Brestoise, élue Miss France en 2011. C’est tout ce qu’on lui souhaite.