Bretagne: Sylvain a écumé tous les vieux bistrots de la région

SOCIETE Le jeune homme vient de sortir un livre dans l’esprit des carnets de voyage…

Jérôme Gicquel
— 
La devanture du bar Chez Paulo à Callac dans les Côtes d'Armor.
La devanture du bar Chez Paulo à Callac dans les Côtes d'Armor. — Yann Lestréhan

En matière de bistrots, la Bretagne en connaît un rayon. Même si elle n’est pas la région française qui compte le plus de bars par habitant (0,99 bar pour 1.000 habitants), la Bretagne n’est pas non plus la dernière à lever le coude. Avec son collègue photographe Yann Lestréhan, Sylvain Bertrand s’est amusé à sillonner les routes bretonnes à la recherche des vieux bistrots qui font l’âme de la région. A la clé de « ce voyage initiatique », un beau livre Bistrots, rades et comptoirs : Récits d’un tour de Bretagne qui vient d’être publié aux éditions Goater.

Non, la Bretagne n’est pas la région qui possède le plus de bars par habitant

« C’est un peu parti d’un délire entre potes. On voulait goûter à la Suze. On s’est donc aventurés à La Porte de France à Lannion, un vieux bar tenu par Mimi, avec un seul client, Radio Bonheur en fond sonore et de la poussière partout », raconte Sylvain Bertrand. Le dépaysement est total et donne envie aux deux compères de bolée d’aller pousser d’autres portes de bistrots ailleurs dans la région.

Des endroits qui créent du lien social

A bord d’un camion, ils se lancent donc fin 2014 pour un mois d’aventures éthyliques et humaines, en quête de vieux bistrots tenus à l’ancienne. « On se laissait guider par les rencontres que l’on faisait. Certaines personnes nous ont invités à dormir, d’autres à manger. On s’est rendu compte que les bistrots n’étaient pas seulement un lieu d’ivresse mais qu’il y avait une vraie vie sociale et culturelle qui s’y créait », souligne le jeune homme.

Ambiance soutiens-gorge et vieilles culottes chez Minouche à Pont-Scorff (Morbihan). - Yann Lestréhan

 

C’est le cas chez Minouche à Pont-Scorff, avec des soutiens-gorge et des culottes accrochés au plafond en guide de déco, ou au Ch’Ty Coz à Bulat-Pestivien. « Ce bistrot a été un vrai coup de cœur. Il y a un brassage des générations incroyable avec une super ambiance ».

Dans cet esprit de franche camaraderie, tout n’est pas rose pour autant. « On a été frappé par le nombre de bars fermés ces dernières années en Bretagne. Et pas mal d’endroits que l’on a visités vont bientôt disparaître car personne ne veut les reprendre », souligne Sylvain Bertrand, qui ressort de son expérience « aussi dépaysé que quand j’ai été au Cambodge ou au Pérou ».