Bretagne: A Vannes, la moyenne des alcoolémies dépasse 1,2 gramme

SECURITE ROUTIERE Les gendarmes du Morbihan ont lancé de grandes opérations de contrôles...

C.A.

— 

Illustration d'un contrôle de gendarmerie ici mené entre Nantes et Rennes.
Illustration d'un contrôle de gendarmerie ici mené entre Nantes et Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Depuis des décennies, on entend souvent dire que les Bretons sont portés sur la boisson. Cette information va dans ce sens. On entend aussi souvent dire que les automobilistes sont des vaches à lait et que les contrôles de police et gendarmerie sont là pour remplir les caisses de l’Etat, et coincer d’honnêtes gens qui ont bu un verre de trop. Cette information ne va pas dans ce sens.

Record à 4,38 grammes

Selon Ouest-France, la moyenne des alcoolémies relevées sur les automobilistes à Vannes s’établissait en 2014 à 1,22 gramme par litre de sang, soit plus de deux fois la limite légale. Le « record » s’établit lui à 4,38 grammes. Particulièrement mobilisée, la gendarmerie du Morbihan note que « depuis le 1er janvier 2015, l’alcool est à l’origine de 38 % des accidents mortels et 18 % des accidents corporels constatés sur sa zone ».

Conséquence de ces mauvais chiffres, les contrôles d’alcoolémie vont s’intensifier au cours du mois de décembre dans toute la Bretagne, notamment en période de fêtes.

En Ille-et-Vilaine de grandes opérations de contrôles routiers avaient également été annoncées après un mois d’octobre noir, même si les attentats de Paris ont contraint les autorités à réduire la voilure. De très fortes alcoolémies ont également été relevées dans le département cette année. « 3,78 g, 2,57 ou 2,44. Je vais m’arrêter là car j’en ai des pages entières », nous confiait récemment, agacée, la directrice de cabinet du préfet.