La flambée des prix du parking du Mont Saint-Michel taclée par le tribunal

JUSTICE En 2013, les prix avaient augmenté de plus de 40%...

C.A. avec AFP

— 

Le Mont Saint-Michel photographié depuis les parkings mis en place à 2,5 km du site.
Le Mont Saint-Michel photographié depuis les parkings mis en place à 2,5 km du site. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Une augmentation de 60 % pour les camping-cars, de 50 % pour les cars et de 41 % pour les voitures. Le 3 juin 2013, le syndicat mixte de la baie du Mont Saint-Michel n’a pas fait semblant quand il a décidé d’augmenter les prix du stationnement. Ces grands parkings avaient été créés à l’entrée de la Merveille en même temps que la mise en place de navettes pour acheminer les trois millions de visiteurs annuels. Deux ans et demi plus tard, la grille tarifaire devra être revue.

>> A lire aussi : Le Mont Saint-Michel, plus jamais sans sa passerelle

Mardi, le tribunal administratif de Caen a annulé cette hausse des prix. « Cette annulation prendra effet au 1er janvier 2016 », précise le juge Xavier Mondésert, dans sa décision. Fondé en 2009, le syndicat mixte avait délégué la gestion du parking et des navettes à Veolia, aujourd’hui appelé Veolia-Transdev. 


Le syndicat mixte avait justifié ces hausses par le fait qu’à partir de cette date les navettes prendraient les touristes dès le parking situé à 2,5 km du Mont, et non plus à 900 m au parking.

Pour une voiture, c’est 12,50 euros

Lors de l’audience, l’avocat de Veolia Transdev, Emeric Morice, avait évoqué un « tsunami » en cas d’annulation. « Faudra-t-il réduire le nombre de navettes, leur fréquence ? », avait-il lancé. L’avocat du syndicat mixte, Benoît Polderman, avait pour sa part estimé qu’il faudrait « au moins six mois » pour négocier de nouveaux tarifs. Depuis le 1er janvier 2015, le tarif est de 12,50 euros pour les véhicules particuliers, contre 6 euros début 2012.