Rennes: Quatre ans après l'accident mortel, le sort du passage à niveau fait polémique

TRANSPORTS La collision entre un train et un poids lourd avait fait trois morts à Saint-Médard-sur-Ille...

Camille Allain

— 

Un poids lourd et un train étaient entrés en collision gare de Saint-Médard-sur-Ille (Ille-et-Vilaine), le 12 octobre 2011.
Un poids lourd et un train étaient entrés en collision gare de Saint-Médard-sur-Ille (Ille-et-Vilaine), le 12 octobre 2011. — J. GICQUEL / APEI / 20 MINUTES.

Samedi, la mobilisation s’est déroulée dans un contexte étrange. Quelques heures après les attentats de Paris et quelques heures avant le dramatique accident de train près de Strasbourg, plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées à Saint-Médard-sur-Ille, au nord de Rennes. Objectif : montrer leur opposition au projet de fermeture du passage à niveau qui traverse la commune, là où trois personnes avaient trouvé la mort en 2011 dans un accident entre un train et un camion.

Des dizaines de personnes étaient rassemblées samedi à Saint-Médard-sur-Ille, là où un accident de train a fait trois morts en 2011. - Collectif PN11

 

Jugé dangereux, le passage à niveau numéro 11 pourrait être fermé par le préfet, ce qui couperait la commune en deux. Sur place, les habitants s’inquiètent. « Si je veux emmener mes enfants à l’école, je devrais faire 10 kilomètres, au lieu de 1,5 aujourd’hui. Et tout le trafic va être détourné par la commune voisine, sur une route départementale qui passe devant les écoles. C’est reporter le danger. Ce qu’il faut, c’est ralentir les trains », assure Stéfanie Paboeuf, militante de PN11.

« On aura bientôt un nouveau carton »

Créé en septembre, le collectif a même reçu le soutien de Solidarité Saint-Médard PN11, association de proches des victimes. « La suppression du passage est une priorité. Mais le fermer, ce serait stupide ! Tout le trafic routier va se reporter sur les deux passages voisins et on aura bientôt un nouveau carton », peste Lionel Labourdette. Le président de l’association avait vu sa femme être gravement blessée lors de l’accident de 2011.


Lui aussi demande le ralentissement des trains. « C’est une décision politique très compliquée », se défend de son côté la préfecture. « Depuis quatre ans, rien n’avançait. Le préfet a pris ses dispositions », poursuit la directrice de cabinet du préfet. L’hypothèse de construire un pont ou un tunnel a également été émise. « Aujourd’hui, rien n’est arrêté. Mais nous sommes sur une zone humide et les délais de construction d’un tel projet sont très longs. Il fallait prendre une décision », poursuit la préfecture.

La SNCF mise en examen

Des aménagements devraient être réalisés sur le passage à niveau voisin de Saint-Médard-sur-Ille. Sur le plan judiciaire, l’enquête piétine. La SNCF reste mise en examen dans cette affaire.