Coupe de France: «Vive le foot, mais surtout vive la vie», déclare l'entraîneur de Saint-Malo

FOOTBALL Pierre-Yves David avait des sentiments partagés après la victoire de son équipe face au Red Star...

Jeremy Goujon

— 

La Coupe de France remportée par le Paris-Saint-Germain, le 30 mai 2015 au Stade de France.
La Coupe de France remportée par le Paris-Saint-Germain, le 30 mai 2015 au Stade de France. — J. Brinon/AP/SIPA

C’est l’exploit du week-end en Bretagne. Victorieuse du Red Star (3-1), pensionnaire de Ligue 2, l’US Saint-Malo (CFA) a écrit l’une des plus belles pages de son histoire.

Dans la cour des grands... bretons

« Il fallait qu’on ait, nous aussi, ce genre de match référence en Coupe de France, déclare l’entraîneur Pierre-Yves David. Plein de clubs bretons ont ça dans leurs gènes, leur ADN. Je pense à l’US Concarneau, La Montagnarde, la GSI Pontivy, Plabennec, Vitré… À Saint-Malo, on n’avait pas ça. Ce n’est pas une fin en soi, mais c’est une étape importante pour nous. »

Actualité dramatique oblige, le technicien briochin savourait avec modération le joli succès de sa formation. « Les sentiments sont mitigés. Il faut savoir cloisonner les choses. Je suis très satisfait de la qualification, mais il ne faut pas oublier le contexte dans lequel on se trouve actuellement. Vive le foot, mais surtout vive la vie. »

Symbole fort au Stade de France

Alors que toutes les manifestations sportives programmées dans les Côtes-d’Armor ont été annulées ce week-end, à la suite d’un arrêté préfectoral, Pierre-Yves David se « (posait) des questions », samedi matin, quant à la tenue de « son » match en Ille-et-Vilaine.

« Pour revenir strictement à la dimension football, il y avait un symbole fort, à savoir notre équipe nationale qui jouait contre l’Allemagne au Stade de France. Et là, il y a trois fous furieux qui se font péter le coffre (sic) à quelques centaines de mètres du stade, où se trouvait le président de la République, celui de notre Fédération… Alors, dans certains endroits, on a joué, dans d’autres pas. Je ne savais pas trop quoi penser, mais mon enthousiasme à l’idée de disputer cette rencontre était quand même singulièrement refroidi. »

Pas de tirage mardi

Le report du tirage au sort du 8e tour, initialement prévu mardi, ne risque pas de réchauffer le cœur de celui qui considère ce moment du tirage, justement, comme « magique »…