Attentats de Paris: Sécurité renforcée dans l'Ouest mais pas de couvre-feu

ATTENTATS DE PARIS Le préfet a annoncé mobiliser toutes les forces de police et gendarmerie...

Camille Allain

— 

Le préfet de région Bretagne Patrick Strzoda le 14 novembre 2015 à Rennes.
Le préfet de région Bretagne Patrick Strzoda le 14 novembre 2015 à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Il est 16h30 ce samedi quand quatre militaires descendent sur les quais de la station de métro gare à Rennes. Lourdement armés, ils patrouillent dans ce lieu qui voit chaque jour passer des milliers de voyageurs. A l’entrée du centre commercial Colombia, ce sont les sacs qui sont fouillés. Au lendemain des attentats de Paris, le préfet de région Bretagne a reçu les consignes du Gouvernement pour tenter d’assurer la sécurité des habitants.

Dans l’Ouest, des renforts sont attendus dans les lieux jugés à risques, comme les gares ou les grands pôles commerciaux. « Nous exigeons une disponibilité maximale des services de police et de gendarmerie. Les congés et les formations sont reportés. Il faut rassurer en étant visible, protéger et anticiper », explique Patrick Strzoda, préfet de Bretagne et responsable de la zone de défense ouest, qui comprend 20 départements. Deux unités de forces mobiles ont notamment été appelées.

Pas de couvre-feu

Dans l’ouest, la mise en place du plan d’urgence n’aura cependant pas d’effet immédiat. « Nous avons étudié la situation et selon nous, les conditions ne sont pas réunies pour imposer un couvre-feu ou des interdictions de circulation », précise le préfet.

De même, les manifestations sportives ou culturelles seront maintenues, sauf contrordre. « C’est aux organisateurs d’évaluer le risque. S’il y a un risque, on pourra interdire ». Les grands événements comme les Trans Musicales sont donc pour l’heure maintenus. Quant aux rassemblements citoyens, le préfet a invité à les limiter, en incitant notamment les habitants à respecter la minute de silence lundi à midi en petit comité.