Football: La Bretagne est-elle la meilleure région de France ?

SPORT Alors que trois clubs bretons évoluent en Ligue 1, la sélection amateure «made in Breizh» a atteint les demi-finales de la Coupe des régions de l'UEFA...

Jeremy Goujon
— 
L'attaquant fougerais Boubacar Kama, auteur du but de la victoire bretonne face à la Franche-Comté, en Coupe des régions de l'UEFA.
L'attaquant fougerais Boubacar Kama, auteur du but de la victoire bretonne face à la Franche-Comté, en Coupe des régions de l'UEFA. — AGL Drapeau Fougères

Il y a les locomotives, telles que le FC Lorient, le Stade Rennais et l’En Avant Guingamp, respectivement 7e, 8e et 12e de Ligue 1. Et puis, il y a la « sélection de Bretagne », qualifiée depuis dimanche pour les demi-finales de la Coupe des régions de l’UEFA, après sa victoire sur la Franche-Comté (0-1, but du Fougerais Boubacar Kama).

Un seul objectif, la gagne

Atteindre la phase européenne de la compétition amateure, fondée en 1999, est donc toujours d’actualité, même si la Bretagne « n’a jamais réussi à aller au bout » de l’étape nationale, comme le mentionne Philippe Le Yondre, vice-président de la Ligue régionale et président du District d’Ille-et-Vilaine.

Le dirigeant a toutefois bon espoir que l’édition en cours soit la bonne, notamment grâce au travail réalisé par « la nouvelle équipe technique », articulée autour de l’entraîneur Yann Kervella.

« Nous prenons les matchs les uns après les autres, déclarait ce dernier sur le site de LBF, avant le quart de finale. L’objectif est toujours de gagner. Après, ce serait un réel plaisir de remporter la phase nationale, surtout que la Bretagne ne l’a jamais fait. Il est important de porter haut les couleurs de la région. »

Dans le trio de tête

Forte de ses quelque 146 000 licenciés (4e Ligue de France en 2014, derrière les territoires démographiquement supérieurs que sont l’Île-de-France, Rhône-Alpes et le Nord-Pas-de-Calais), celle-ci a assis un peu plus sa réputation de « terre de foot ». Suffisant pour la considérer comme la meilleure de l’Hexagone ?

« Je n’en suis pas forcément persuadé », tempère Philippe Besset. L’un des responsables seniors de l’AGL Drapeau Fougères (CFA 2) tend à placer l’IDF et Rhône-Alpes au-dessus du lot (les deux se rencontreront d’ailleurs dans l’autre demie de la Coupe des régions de l'UEFA), « nombre et aspects de mixité » obligent.

Une densité exceptionnelle

« Il y a dans ces secteurs ce que j’ai connu en Suisse [Besset a dirigé le centre de formation du Servette Genève], c’est-à-dire un mélange de connaissances du football, via des générations d’immigrés yougoslaves, italiens, allemands, etc. » Si « la masse crée l’élite », le technicien d’origine castelroussine loue cependant la qualité des clubs amateurs bretons.

« Aujourd’hui, tout le monde se met à bien travailler, ce n’est plus l’apanage des pros, souligne ainsi Philippe Besset. Rien qu’en Ille-et-Vilaine, on a Saint-Malo, Vitré (CFA), Fougères, la TA Rennes (CFA 2), le CPB Bréquigny, Guichen (DH, de même que Rannée-La Guerche)… Intrinsèquement, il y a plus de potentiel qu’en Franche-Comté, par exemple. »

Ladite région s’en est rendu compte, ce week-end. La Normandie, prochain adversaire de la Bretagne (le 27 ou 28 mars 2016), est prévenue…