Rennes: Monsanto porte plainte après l’incendie d’une station de recherche

FAITS DIVERS Les faits s’étaient déroulés dans la nuit du 27 au 28 octobre à La Mézière…

J.G. avec AFP

— 

Illustration du traitement d'un incendie à Chantepie, ici en 2012.
Illustration du traitement d'un incendie à Chantepie, ici en 2012. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

L’incendie de la station de recherche Monsanto dans la nuit du 27 au 28 octobre à La Mézière au nord de Rennes ne restera pas sans suite. Le groupe américain de semences transgéniques et d’agrochimie a en effet déposé plainte lundi auprès de la gendarmerie de Montfort-sur-Meu.

« Cet acte, s’il est d’origine criminelle, est purement inacceptable. Monsanto a déjà été la cible de plusieurs actes de vandalisme dans plusieurs sites et nous ne pouvons les accepter. Ainsi, nous condamnons et combattons fermement ces actions révoltantes de destruction » souligne Tiago Costa, directeur de l’activité semences du groupe.

La piste criminelle envisagée

Les bâtiments de Monsanto visés étaient vides au moment où l’incendie s’est déclaré et aucun blessé n’a été à signaler. L’activité y est en revanche « interrompue jusqu’à nouvel ordre » en raison des dégâts provoqués par le feu. Ce site qui emploie dix salariés travaille sur la sélection de semences non-OGM de maïs destinées à l’alimentation du bétail.

« L’enquête de police en cours a, d’ores et déjà, pu identifier deux départs de feu distincts dans les locaux et privilégie un acte de malveillance comme étant à l’origine du sinistre », affirme Monsanto.