Rennes: Avec la Maison des parents, papa et maman restent au plus près de leur enfant

SANTE Une maison accueille les parents d’enfants hospitalisés à l’Hôpital Sud…

Camille Allain

— 

L'entrée de la Maison des Parents située à côté de l'Hôpital Sud à Rennes.
L'entrée de la Maison des Parents située à côté de l'Hôpital Sud à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Quand elle a quitté son domicile à un mois et demi du terme de sa grossesse, Hélène n’imaginait pas qu’elle ne rentrerait pas chez elle avant plusieurs semaines. Le 15 octobre, cette jeune maman a pourtant vu la petite Marilou pointer le bout de son nez à l’Hôpital Sud de Rennes. Prématuré, le nourrisson devra rester en observation plusieurs semaines. Problème, Hélène et son compagnon habitent à plus d’une heure de voiture de l’hôpital. « Comme je me portais bien, on m’a assez vite fait comprendre que je ne pourrai pas garder la chambre éternellement », rapporte la jeune maman.

Six nouvelles chambres

Si elle a finalement pu rester dix jours au plus près de son bébé, Hélène a ensuite dû trouver une autre solution pour se loger à Rennes. « On m’a parlé de la Maison des parents. J’ai appelé et on m’a tout de suite bien reçue », explique-t-elle. Construites dans les années 90, ces maisons situées au pied de l’hôpital sont de plus en plus nombreuses, face à la demande croissante des familles de rester auprès de leur enfant.

Cet été, un nouveau bâtiment a été érigé, offrant au total treize chambres, contre sept auparavant. « Au départ, ces logements étaient réservés aux parents d’enfants souffrant de pathologies lourdes comme les cancers. Nous avons décidé de les ouvrir aux services de maternité », explique Daniel Erhel, ancien président de l’association Les Ajoncs qui gère les locaux.

« D’un point de vue médical, c’est primordial »

Grâce à une trentaine de bénévoles, la structure permet aux parents de rester près de leur enfant et à un tarif raisonnable. Une présence primordiale à en croire le professeur Patrick Pladys, responsable du pôle pédiatrique. « Il y a non seulement du confort pour les familles mais surtout nous savons que la présence des proches participe à la meilleure santé de l’enfant. D’un point de vue médical, c’est primordial », explique le docteur. Souvent un peu perdues, les familles trouvent en plus un espace commun où elles peuvent échanger autour de leur situation.

Entièrement rénovées grâce aux dons des Hôpitaux de Paris (opération Pièces Jaunes), au fonds Nominoë et au Crédit Agricole, les maisons accueillent chaque année 350 familles venues de tout l’Ouest. D’autres chambres sont également proposées par l’association en centre-ville.

Mots-clés :