Environ 500 avocats étaient réunis mercredi à Rennes contre la réforme de l'aide juridictionnelle.
Environ 500 avocats étaient réunis mercredi à Rennes contre la réforme de l'aide juridictionnelle. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

MOBILISATION

Rennes: Des centaines d'avocats de l'Ouest réunis contre la réforme de l'aide juridictionnelle

Ils dénoncent des montants d'indemnisation trop faibles...

Ils étaient venus de tout l’Ouest. Angers, Brest, Laval, Quimper, Nantes, Saint-Nazaire et Rennes évidemment. Mercredi, plusieurs centaines d’avocats, 500 selon les organisateurs, étaient réunis devant la place du Parlement où siègent les cours d’appel et d’assises. Tous réunis en robe pour protester contre la réforme de l’aide juridictionnelle.

>> A lire aussi : Pourquoi les avocats sont-ils en grève ?

« Cette aide, c’est la garantie d’une justice pour tous », lâche Me Abdoulaye Barry. Inscrit au barreau de Rennes depuis cinq ans, l’avocat estime que 50 % de son activité est financée par l’aide juridictionnelle (AJ). « Nous sommes déjà surtaxés. Alors nous demander de financer l’AJ par le biais de nos caisses, c’est trop », poursuit l’avocat.

Dix heures en audience

La réforme ne touche d’ailleurs pas que les jeunes avocats, mais toute la profession. « Nous pouvons tous être commis d’office », rappelle Elodie Brault, du barreau de Rennes. L’avocate passe parfois dix heures en audience pour un montant forfaitaire de 189 euros la journée. « On nous enlève la moitié en taxes donc il reste 90 euros. Et il faut ajouter le temps de rendez-vous avec le client et le temps d’étudier le dossier. J’ai calculé, on est parfois à trois euros de l’heure », regrette la jeune femme.

Dans son discours, le bâtonnier de Rennes Philippe Le Goff a pourtant salué « les avancées » dans le dialogue avec le ministère de la Justice. « La mobilisation commence à porter ses fruits. Il faut poursuivre et rester mobilisés », a commenté le bâtonnier avant d’être reçu par le président de la Cour.