Procès Meilhon: La famille de Laëtitia veut que «ça s'arrête»

JUSTICE La sœur jumelle et les parents de la jeune fille ont été entendus mercredi…

Camille Allain

— 

Franck Perrais, père de Laëtitia, tuée en 2011 à côté de Pornic. Ici au procès en appel de Tony Meilhon à la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine à Rennes.
Franck Perrais, père de Laëtitia, tuée en 2011 à côté de Pornic. Ici au procès en appel de Tony Meilhon à la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

« Il m’a enlevé une personne qui m’était très chère. Elle me manque tous les jours. C’était ma sœur jumelle et je vis mal sans elle, même si je sais qu’elle m’écoute et qu’elle me voit de là-haut ». Au septième jour du procès en appel de Tony Meilhon, la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine a entendu ce mercredi les proches de Laëtitia Perrais, tuée et découpée en janvier 2011 près de Pornic (Loire-Atlantique). Jessica, sa sœur jumelle, a notamment témoigné pour la première fois. En 2013 à Nantes, elle était « trop choquée » pour parler.

Cheveux courts, veste à capuche et démarche mal assurée, la jeune femme a tenu bon à la barre. « C’est un moment très dur pour moi. Mon anniversaire, je ne le fête pas comme tout le monde. Je vais sur sa tombe le 4 mai, avec une tarte à la fraise. On fête ça ensemble », rapporte la jeune femme, plutôt maigre et qui « n’ose pas monter sur la balance ».

Aujourd’hui âgée de 23 ans, elle a de nouveau évoqué son enfance, sa proximité avec sa sœur lors des placements en foyer ou chez la famille Patron, et sa vie actuelle, minée par le souvenir de sa jumelle. « Ça fait quatre ans maintenant. J’en ai marre, je veux qu’il nous dise la vérité et qu’on en finisse », a témoigné Jessica.

« Je veux que justice soit faite »

Toute la matinée, les proches de la jeune femme ont défilé à la barre. Sa mère, son père, son parrain, tous ont évoqué la souffrance de revenir témoigner. « Il a bien joué avec la justice, maintenant il faut que ça s’arrête. On doit un dernier hommage à Laëtitia », a témoigné Franck Perrais, père de la victime. « Je ne comprends pas pourquoi il a fait appel. Je veux que justice soit faite une bonne fois pour toutes », a fait savoir Alain Larcher, oncle et parrain de la défunte. « Qu’il paye », a lâché Sylvie Larcher, la mère de Laëtitia.

Des photos de la victime projetée

En début d’audience, le président de la cour Philippe Dary a demandé à projeter des photos de Laëtitia. Assis sur le banc des accusés, Tony Meilhon a levé les yeux pour regarder les images prises elle-même par la jeune femme. Il a ensuite passé toute la matinée les yeux baissés, pendant que les proches de sa victime témoignaient. Le procès se tient jusqu’au 28 octobre à Rennes.