20 Minutes : Actualités et infos en direct
JUSTICEProcès Tony Meilhon: L'itinéraire chaotique d'un habitué des prisons

Procès Tony Meilhon: L'itinéraire chaotique d'un habitué des prisons

JUSTICEL'homme est jugé pour le meurtre de Laëtitia Perrais en 2011...
La salle de la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine à Rennes où se tient le procès en appel de Tony Meilhon.
La salle de la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine à Rennes où se tient le procès en appel de Tony Meilhon. - C. Allain / APEI / 20 Minutes
Camille Allain

Camille Allain

Crâne rasé, petite moustache, veste de costume noire et chemise blanche. Le ton serein, Tony Meilhon répond avec calme aux questions du président de la Cour d’assises d’Ille-et-Vilaine. L’homme est pourtant jugé pour le meurtre de la jeune Laëtitia Perrais, dont le corps a été retrouvé découpé et lardé de 44 coups de couteau en 2011 dans le pays de Retz (Loire-Atlantique). Mais le casier judiciaire bien garni de l’homme vient rappeler sa dangerosité.

« Vous avez 36 ans et vous avez passé près de la moitié de votre vie en prison », résume le président de la cour Philippe Dary. « En prison, j’ai trouvé un équilibre, répond Meilhon. Je ne peux pas dire que j’aime ça, mais j’y ai trouvé un chemin pour être un homme meilleur ».

« Personne ne m’a pas aidé »

Converti à l’islam où il a trouvé « la paix intérieure », Tony Meilhon est apparu calme mardi au premier jour de son procès. Le prévenu a dû revenir sur son passé chaotique et l’escalade de violence qui l’a conduit à tuer Laëtitia Perrais dans des conditions macabres. « Mes parents ont divorcé quand j’avais quatre ans. Avec mon beau-père, ça ne s’est jamais bien passé, je n’acceptais pas qu’il me vole ma mère ».

Souvent violent, Tony Meilhon a été condamné de nombreuses fois, pour le viol avec un objet d’un codétenu alors qu’il était encore mineur ou pour de nombreux braquages. « J’ai un profil violent », reconnaît-il.

« Les parties civiles interrogent #Meilhon sur le viol d’un codétenu. Agacé : "Vous voulez me faire dire que j’ai violé Laëtitia, c’est faux." — Ouest-France 35 (@ouestfrance35) 13 Octobre 2015 »

Pourtant, c’est parfois en victime que l’homme se présente devant les jurés : « J’ai fait beaucoup de choses dans ma vie, dont certaines horribles que je regrette. J’en suis le principal auteur mais la justice ou les éducateurs ne m’ont pas aidé. »

Impulsif, l’homme n’aime pas être contredit et s’énerve un peu face aux questions de la partie civile. « Depuis que je suis jeune, je suis perturbé mais il ne faut pas s’arrêter à ça ». Condamné à la prison à perpétuité, Tony Meilhon espère faire annuler la mesure de rétention de sûreté prononcée en première instance à Nantes en 2013. L’examen des faits qui lui sont reprochés débutera mercredi.

Le procès doit se tenir jusqu’au 28 octobre à Rennes.

Sujets liés