Bretagne: Météo France lance une application pour surveiller le changement climatique

METEO Une application grand public permet de se projeter dans le futur...

C.A.

— 

Illustration de sécheresse dans un champ.
Illustration de sécheresse dans un champ. — Photo P. Magnien/20 minutes

« Quand j’ai commencé mon métier il y a 15 ans, on ne parlait que du climat actuel. Aujourd’hui, on regarde dans le passé mais surtout dans le futur ». Climatologue à Météo France, Franck Baraer n’a pas pour mission d’annoncer la météo de demain. Le chercheur est plutôt occupé à regarder quels effets aura le changement climatique sur le territoire breton. Et il n’est pas du genre à occulter le réchauffement de la planète. « On ne peut pas se contenter d’extrapoler le climat passé. Aujourd’hui, il nous faut prendre en compte les différents scénarios émis par le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) », explique-t-il.

Quelle température aura-t-on en Bretagne dans 10 ans ? Les précipitations, souvent moquées, vont-elles augmenter ? Doit-on craindre une hausse du niveau de la mer ? Pour partager ses connaissances avec le grand public, Météo France vient de mettre en ligne une application baptisée Climat HD permettant de s’informer sur les données météo françaises et notamment bretonnes. « Nous avons compilé les données de quatre de nos stations depuis 1880 environ », poursuit Franck Baraer. Objectif : informer et alerter la population.

La sécheresse inquiète

Les scientifiques prévoient ainsi « que la Bretagne suivra la tendance française au niveau des hausses de température » mais « ne devraient pas voir les précipitations augmenter ». Dans une région très agricole, c’est plus l’humidité des sols qui inquiète les climatologues. « On voit que les périodes de sécheresse risquent d’augmenter. C’est une donnée à prendre en compte ». De même, la conception des futurs grands quartiers comme Via Silva devra s’inspirer des données, selon le climatologue. « La couleur d’un bâtiment, son orientation, son isolation. Tout ça devra être adapté au changement climatique ».