Rennes: L’ancienne brasserie va reprendre vie

URBANISME L’ancienne salle d’embouteillage Kronenbourg sera réaménagée en halle polyvalente…

Jérôme Gicquel

— 

L'ancienne brasserie Kronenbourg a cessé de fonctionner en 2003.
L'ancienne brasserie Kronenbourg a cessé de fonctionner en 2003. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

A l’abandon depuis 2003, l’ancienne brasserie Kronenbourg commence à trouver le temps long dans le quartier Saint-Hélier. Qualifié de « verrue urbaine » par certains, le bâtiment se délabre inexorablement, rongé par la rouille. Il n’y a finalement que les graffs sur les palissades de protection qui apportent un peu de joie à l’ensemble. Après de longues années d’hésitation, la ville semble avoir enfin trouvé un avenir pour l’ancienne salle d’embouteillage, « qui fait partie du patrimoine industriel de la ville », souligne Sébastien Sémeril, premier adjoint à la maire de Rennes.

Cédé par la ville en 2012 à la société d’économie mixte Citédia, qui gère notamment Le Liberté ou la patinoire Le Blizz, le bâtiment va en effet être réhabilité en halle polyvalente, une sorte de halle Martenot bis. Mais avant de pouvoir accueillir du public, le site va devoir subir un sérieux lifting. « Nous allons très prochainement procéder au nettoyage de la halle et intervenir sur la structure du bâtiment pour la consolider. On va ensuite la fermer pour constituer une halle couverte », détaille Sébastien Sémeril.

L’opposition s’impatiente et réclame un vrai projet

Après cette première phase de réhabilitation qui devrait durer jusqu’au printemps, l’ancienne brasserie pourra alors accueillir divers événements « comme des brocantes, des foires aux disques ou aussi des réceptions privées », précise Sébastien Sémeril. Une piste est également à l’étude pour utiliser le futur lieu dans le cadre des animations qui seront bientôt proposées le dimanche.

Un projet qui peine à convaincre l’opposition. « Cela fait dix ans que la ville ne sait pas quoi faire de ce lieu, c’est un peu inquiétant. Il faut de toute urgence passer à l’action et définir un vrai projet », indique Bertrand Plouvier, président d’Alternance 2020. « Et si le site a vocation à accueillir du public, il faudrait aussi se poser la question de son accessibilité, notamment en matière de stationnement », poursuit le conseiller municipal.

Refusant de polémiquer sur le sujet, la majorité socialiste réfléchit également à un projet de réhabilitation des lieux sur le long terme. « Il s’agirait de revitaliser complètement la halle avec une vocation économique, comme l’implantation d’une pépinière d’entreprises ou d’espaces de coworking », précise Sébastien Sémeril.