Bretagne: Des entreprises agroalimentaires visées par des éleveurs

CRISE PORCINE Des tags ont été inscrits sur la façade de plusieurs coopératives dans les Côtes d’Armor…

Jérôme Gicquel
— 
Des agriculteurs se rassemblent devant le marché du porc à Plérin, le 14 août 2015
Des agriculteurs se rassemblent devant le marché du porc à Plérin, le 14 août 2015 — FRED TANNEAU AFP

La crise porcine se poursuit en Bretagne. Cette fois, ce sont les entreprises agroalimentaires qui sont dans le viseur des éleveurs. Dans la nuit de dimanche à lundi, plusieurs sociétés ont été prises pour cibles dans les Côtes d’Armor, rapporte Ouest-France. Les messages « Baissez vos marges » ou « Aliments trop chers, paysans en galère » ont été taggés sur les murs des coopératives agricoles Triskalia à Lamballe, Aveltis à Plérin et Garun-La Paysanne à Hénansal.

« On se trompe de cible et c’est désolant et destructeur moralement pour nous qui partageons au quotidien les difficultés bien réelles des éleveurs », a réagi Jean-Luc Cade, président de la coopérative Garun-La Paysanne dans les colonnes de Ouest-France.

3- Nouvelle crise et nouveau président au MPB. François Pot, de Porélia, le remplace. La main visible de Kerméné plane sur le porc français
— MEVEL (@OlivierMEVEL) 24 Septembre 2015

Cette action des éleveurs fait suite à une semaine très agitée dans la filière porcine. Jeudi, Daniel Picart, président du marché du porc breton, avait en effet démissionné de ses fonctions. Une décision qui faisait suite à l’annonce de la section porcine de l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne de renoncer à l’objectif de 1,40 euro le kilo, prix fixé en juin par le Gouvernement.