Stade Rennais: Philippe Montanier est-il trop frileux?

FOOTBALL Les choix tactiques de l'entraîneur rennais ne font pas l’unanimité...

Jeremy Goujon

— 

L'entraîneur du Stade Rennais Philippe Montanier estime que son équipe peut marquer à n'importe quel moment.
L'entraîneur du Stade Rennais Philippe Montanier estime que son équipe peut marquer à n'importe quel moment. — F. Lancelot / Sipa

Sa composition d’équipe, mercredi soir à Ajaccio, en a fait (encore) bondir plus d’un.

Pas le même réalisme qu’à Lyon

Comme à Lyon (1-2, le 22 août), le coach du Stade Rennais Philippe Montanier a joué la carte de l’ultra-prudence en Corse. Neuf joueurs de champ à vocation défensive face à la lanterne rouge de Ligue 1, cela interpelle forcément. À Gerland, contre un adversaire autrement plus armé, cette tactique avait payé, par la grâce d’un pressing constant sur la défense lyonnaise.

Une attitude offensive que n’a pas reproduite le SRFC face au Gazélec, malgré un certain nombre d’occasions franches. Si Abdoulaye Doucouré (13e) et Pedro Henrique (19e, 23e) avaient par exemple « tué le match » dès la première mi-temps, pas sûr que le pragmatisme de « Monty » soit aujourd’hui sujet à débat. Mais le technicien normand n’a-t-il toutefois pas surestimé la valeur du promu ?

« Non, car Ajaccio était en forme, considère l’ancien attaquant Yannick Le Saux. Tu pouvais les craindre, surtout après leurs prestations contre Monaco (0-1) et à Guingamp (2-1). Certes, c’est un peu bizarre de ne pas avoir mis Giovanni Sio au départ [l’intéressé est tout même entré en jeu et a encore marqué], mais Philippe Montanier a sans doute estimé qu’il ne fallait pas s’enflammer. Si je suis joueur, je le comprends. Depuis le début de saison, je le trouve en tout cas plutôt offensif dans ses choix. »

Un record pour « Monty »

Certains chiffres plaident d’ailleurs en faveur de l’ex-entraîneur de la Real Sociedad. Depuis son retour dans l’élite, en 1994, jamais Rennes n’avait aligné sept premières rencontres de championnat avec au moins un but inscrit. À l’heure actuelle, seul un manque d’audace l’empêche sûrement de figurer sur le podium des meilleures attaques de L1 (4e)...