La hausse de 40% des tarifs du Mont Saint-Michel est-elle légale?

JUSTICE Le rapporteur public demande l'annulation en justice...

C.A. avec AFP

— 

Des touristes montent à bord d'un bus, le 12 décembre 2014, pour se rendre au Mont-Saint-Michel par le nouveau pont-passerelle
Des touristes montent à bord d'un bus, le 12 décembre 2014, pour se rendre au Mont-Saint-Michel par le nouveau pont-passerelle — Charly Triballeau AFP

Les nouveaux tarifs avaient fait tousser, bondir même, les habitués du Mont Saint-Michel. En 2013, en plein chantier de construction du nouveau pont-passerelle, les tarifs de la nouvelle aire de stationnement de la Merveille avaient explosé: plus 40% pour les véhicules particuliers

Cette hausse va de nouveau être examinée le 3 novembre par le tribunal administratif de Caen, a-t-on appris mardi auprès de la juridiction. Une audience avait déjà eu lieu le 28 mai. Le rapporteur public François-Joseph Revel avait alors demandé l'annulation de la nouvelle grille tarifaire. Le président du tribunal avait indiqué qu'il rendrait sa décision dans «15 jours minimum» mais n'a jamais donné suite.

Le transporteur se justifie

Le 3 juin 2013, le prix du parking du Mont Saint-Michel était passé, pour un véhicule particulier, de 8,50 à 12 euros, soit 40% de hausse. A l'époque, la mesure avait été justifiée par le fait qu'à partir de cette date les navettes prendraient les touristes dès le parking situé à 2,5 km du Mont, et non plus à 900 m. 

«Les chiffres nous semblent parler d'eux-mêmes», avait estimé M. Revel. Le magistrat avait relevé notamment une hausse de 48% pour les camping-cars, de 39% du bus entre la gare de Pontorson et le Mont, et de 64% de l'abonnement annuel au parking. Depuis le 1er janvier 2015, le tarif est de 12,50 euros pour les véhicules particuliers (qui représentent plus des deux tiers des véhicules) contre 6 euros début 2012.