Bretagne: Vers la mort du marché au cadran de Plérin?

AGRICULTURE La structure fait référence pour le prix du porc...

C.A. avec AFP

— 

Le marché au Cadran à Plérin fixe le prix du porc au niveau national.
Le marché au Cadran à Plérin fixe le prix du porc au niveau national. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

L’annonce du groupe Bigard de fixer lui-même son prix du porc pourrait avoir de lourdes conséquences pour les éleveurs français. Géré depuis le marché au cadran de Plérin (Côtes d’Armor), le prix unique du cochon pourrait être menacé, faisant craindre une nouvelle chute des prix, qui serait fatale à bon nombre d’éleveurs. Le président de la fédération nationale porcine Paul Auffray a déclaré craindre « la mort » du marché au cadran du porc breton.

« La moitié des éleveurs disparaissent »

« Si on ne trouve pas une solution d’ici la fin de la semaine, le marché au cadran de Plérin est mort », a affirmé lundi M. Auffray, peu avant d’être reçu à Quimperlé (Finistère) par des dirigeants au siège du groupe Bigard. Le leader de la viande en France a annoncé en fin de semaine dernière de manière unilatérale qu’il achèterait désormais ses porcs à 1,329 euro/kg, contre 1,40 réclamé par les éleveurs. « Si on accepte ça, la moitié des éleveurs de porcs disparaissent dans les deux ou trois ans qui viennent ».

Les éleveurs craignent que la Cooperl, l’autre acheteur principal du marché, n’emboîte le pas. « Pour des raisons de concurrence, ils ne pourront pas laisser Bigard leur prendre leur marché », a ajouté le président de la FNP, membre de la FNSEA.