Rennes: Nutrionix part en guerre contre l’excès de sel dans l’alimentation

SANTE La société implantée à Bruz vient de lever près de 1,5 million d’euros pour assurer son développement…

Jérôme Gicquel

— 

Le pain, les biscottes, la charcuterie et le fromage sont les aliments qui contiennent le plus de sel.
Le pain, les biscottes, la charcuterie et le fromage sont les aliments qui contiennent le plus de sel. — M.ACOSTA/ REUTERS

Comme le sucre ou le gras, consommer trop de sel nuit gravement à la santé. Un slogan qui sied parfaitement à la société Nutrionix. Depuis près de dix ans, l’entreprise s’est lancée le défi de réduire la part de sel dans l’alimentation en proposant aux acteurs de l’agroalimentaire des solutions de substitution du sodium.

« C’est un vrai enjeu sanitaire mondial. Chaque personne consomme en moyenne dix à douze grammes de sel par jour, alors qu’il n’en faudrait que cinq. En réduisant la consommation de sel, on pourrait ainsi sauver plus de 1,6 million de vies chaque année », indique Philippe Cubells, directeur général de Nutrionix.

Une levée de fonds pour ouvrir une antenne au Brésil

Lancée en Auvergne, la société a déménagé en 2010 à Bruz près de Rennes pour être au plus près de ses clients de l’industrie agroalimentaire. « On travaille beaucoup avec eux pour voir comment réduire le sel dans le jambon, la charcuterie ou les plats préparés par exemple », indique le directeur général de la société, qui a notamment pour client des groupes comme Bonduelle, Sodebo ou Monique Ranou. « On ne touche pas bien sûr au goût des produits. On remplace juste le sodium par un mélange à base de minéraux », poursuit-il.

Pour assurer son développement, la société a levé au début du mois près de 1,5 million d’euros sur la plateforme de crowdfunding Wiseed. Grâce au soutien des investisseurs, Nutrionix part désormais à la conquête du marché sud-américain avec l’ouverture récente d’une antenne au Brésil. « C’est un pays clé pour nous car il y a là-bas une réglementation très drastique concernant le sel dans l’alimentation. Même le gouvernement s’est saisi de la question avec un plan d’action », souligne Philippe Cubells, bien décidé à chasser le trop plein de sel dans nos assiettes.