Régionales: Jean-Yves Le Drian garde le secret de sa candidature en Bretagne

POLITIQUE Le ministre de la Défense est attendu par les socialistes...

C.A. avec AFP

— 

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian est attendu par les militants socialistes aux élections régionales en Bretagne.
Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian est attendu par les militants socialistes aux élections régionales en Bretagne. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Le mystère demeure autour de la candidature du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian aux prochaines élections régionales. En Bretagne, l’ancien président de région est attendu comme le messie par les socialistes, qui craignent de voir la région basculer aux mains de la droite. Interrogé sur sa candidature mercredi sur France Inter, Jean-Yves Le Drian a comme toujours botté en touche. « En ce moment, je suis ministre de la Défense à 100 % et j’ai de quoi faire. Les élections régionales sont dans trois mois et je prendrai mes décisions au moment où il faudra les prendre ».

« C’est un dilemme »

Très occupé par le coup d’envoi d’opérations aériennes en Syrie, l’ancien maire de Lorient revient très régulièrement dans la région et conserve un attachement profond à la Bretagne. Il avait dans un premier temps annoncé que sa décision serait connue « cet été » puis « à la rentrée » mais ne semble pas pressé de l’officialiser. « C’est un dilemme. Lui veut être candidat, les socialistes de Bretagne l’attendent mais Hollande aimerait le garder, l’armée aussi », relève un proche de Jean-Yves Le Drian. « Il va falloir choisir entre plusieurs inconvénients. Dans le contexte actuel, avec la perspective de frappes en Syrie, il n’est pas facile à remplacer », ajoute cette source.

Inscrit sur la liste socialiste dans le Morbihan, Jean-Yves Le Drian pourrait décider de se présenter comme simple conseiller régional, lui permettant de s’investir dans la campagne électrorale, tout en restant ministre jusqu’à la fin du quinquennat. Il prendrait ensuite les rênes de la Bretagne, sous réserve que la gauche l’emporte. Jean-Yves Le Drian a par ailleurs fait savoir que « s’il y allait, ce serait sans les Verts ». Voilà au moins une chose de claire.