La première école consacrée aux algues ouvre en Bretagne

ECONOMIE Le groupe Olmix a créé sa Breizh Algae School dans les Côtes d'Armor...

C.A. avec AFP

— 

Des promeneurs sur une plage de Bretagne où sont échouées des algues.
Des promeneurs sur une plage de Bretagne où sont échouées des algues. — LJ42 / Flickr.com

L’association des mots « algues » et « Bretagne » n’évoque pas toujours de bons souvenirs à la région, frappée par le phénomène des algues vertes. Sur le littoral pourtant, certains ont décidé de se tourner vers la végétation de la mer pour construire leur économie. C’est par exemple le cas du groupe Olmix, spécialisé dans la nutrition animale et végétale à base d’algues. Créée à Bréhan (Morbihan) en 1995, la société est aujourd’hui présente dans une centaine de pays.

« Former des gens à notre philosophie »

Pour poursuivre son développement, Olmix a décidé de créer sa propre école, entièrement consacrée aux algues. « On a besoin de former des gens à travers le monde à nos concepts, à nos techniques et à notre philosophie », explique Hervé Balusson, à la tête du groupe. Baptisée Breizh Algae School, l’école a élu domicile dans un ancien corps de ferme restauré de 2.000 m2, à Saint-Etienne-du-Gué-de-l’Isle (Côtes d’Armor).

Des poulets élevés aux algues

Les formations porteront sur la manière d’utiliser les algues pour « récolter 100 quintaux de blé sans pesticides », « sevrer 30 porcelets sans antibiotiques » ou « produire un poulet économique sans antibiotiques ». Les cours, qui débuteront la semaine prochaine avec une quinzaine d’élèves, sont destinés à des partenaires du groupe, comme des éleveurs ou des clients, mais sont aussi ouverts à toute personne intéressée par la filière.

Olmix, qui a lancé cet été sur le marché les premiers poulets élevés aux algues et garantis sans antibiotiques, emploie 320 personnes et a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 65 millions d’euros. Il prévoit de réaliser en 2015 un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros.