Rennes: Djamel Beghal cachait un téléphone dans sa cellule

JUSTICE Le mentor des frères Kouachi a été condamné à quatre mois de prison ferme…

Jérôme Gicquel
— 
Dessin de presse de Djamel Beghal lors de son jugement en 2014.
Dessin de presse de Djamel Beghal lors de son jugement en 2014. — BENOIT PEYRUCQ / AFP

Purgeant actuellement une peine de dix ans de prison au centre pénitentiaire de Vezin-le-Coquet près de Rennes pour des faits de terrorisme, Djamel Beghal était jugé ce jeudi après-midi en comparution immédiate devant le tribunal de grande instance de Rennes. Le mentor des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly, responsables des tueries de Charlie Hebdo et de l’épicerie casher de Vincennes, a été condamné à quatre mois de prison ferme pour recel de téléphone en détention.

Le 9 janvier, deux jours seulement après les attentats qui avaient frappé Paris, un boîtier de téléphone mobile avait été retrouvé dans la télévision de sa cellule. L’analyse des deux cartes SIM utilisées dans ce téléphone avait ensuite démontré que des appels avaient été passés à des proches de Djamel Beghal, dont sa femme qui réside au Royaume-Uni.

Il nie toute implication dans les tueries de janvier 

Lors de l’audience, Djamel Beghal, placé sous très haute protection dans son box, a nié entièrement les faits. « Ce téléphone ne m’appartient pas et personne de ma famille ne l’a introduit en prison. Plusieurs fouilles minutieuses et profondes avaient déjà été faites dans ma cellule et rien n’avait été trouvé », a assuré à la barre Djamel Beghal.

Evoquant le parcours de cet Algérien de 49 ans, le procureur a brièvement évoqué ses rencontres avec les frères Kouachi et Amedy Coulibaly entre 2009 et 2010 dans le Cantal. Reconnaissant bien les avoir accueillis à plusieurs reprises durant cette période où il était placé en résidence surveillée, Djamel Beghal a toutefois nié lors de l’audience toute implication dans les tueries de Charlie Hebdo et de l’épicerie casher. « Je paie chèrement tout cet emballement médiatique qui a fait un lien entre moi, ces personnes et les attentats de Paris », a-t-il indiqué à la barre.

Condamné à quatre mois de prison ferme, au lieu des trois requis par le procureur, Djamel Beghal est reparti à l’issue de l’audience dans sa cellule d’isolement de la prison de Vezin.