Rennes: Le diocèse s’engage à accueillir des familles de réfugiés

SOLIDARITE Monseigneur d’Ornellas, archevêque de Rennes, lance un appel à la solidarité dans les paroisses du département…

Jérôme Gicquel

— 

Monseigneur Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes.
Monseigneur Pierre d'Ornellas, archevêque de Rennes. — ERIC DESSONS/JDD/SIPA

L’appel du pape François à l’accueil de familles de migrants dans toutes les communautés catholiques d’Europe n’est pas resté lettre morte en Ille-et-Vilaine. D’ici quelques jours, Monseigneur d’Ornellas, archevêque de Rennes, devrait ainsi réunir tous les curés du diocèse de Rennes pour envisager l’accueil d’une famille de réfugiés dans chacune des 77 paroisses que compte le département.

« Cet appel du pape doit nous encourager à en faire davantage pour accompagner ces personnes », a indiqué ce mercredi Mgr d’Ornellas, rappelant que le diocèse n’avait pas attendu les événements tragiques de ces derniers jours pour se préoccuper de la situation des migrants.

Des familles irakiennes déjà accueillies dans des paroisses

En témoigne notamment l’accueil en janvier 2014 d’une centaine de familles dans l’église et le presbytère de l’église Saint-Marc dans le quartier de Villejean à Rennes. « L’Eglise a montré qu’elle avait une vraie compétence et une vraie expertise dans l’accueil des migrants. Et à chaque fois, nous travaillons dans la durée avec ces familles, nous ne nous contentons pas juste de leur fournir un toit », souligne Vincent Hallaire, en charge des migrants au diocèse de Rennes.

Depuis le début de l’année, le diocèse vient également en aide aux chrétiens d’Irak, persécutés dans leur pays par l’Etat islamique. « Une demi-douzaine de paroisses accueillent déjà ou sont sur le point d’accueillir des familles », précise Vincent Hallaire.

Aux élus aussi de « prendre leurs responsabilités »

Forte de cette expérience, l’Eglise ouvre désormais ses bras aux réfugiés syriens qui arrivent actuellement en France. « Nous sommes prêts à les accueillir. Nous allons ainsi demander un effort aux bénévoles et aux donateurs pour monter d’un cran dans le dispositif », assure Emmanuelle Herin, déléguée du Secours Catholique en Ille-et-Vilaine.

Dans cet élan de solidarité qui s’installe, Monseigneur d’Ornellas en appelle également aux élus « à prendre leurs responsabilités » et à faire preuve « d’un peu plus de confiance » à l’égard des associations, catholiques ou non, qui œuvrent au quotidien auprès des migrants.