Bretagne: Le skipper soupçonné de trafic de drogue était en cavale

FAITS DIVERS Le navigateur récupéré vendredi dans le Golfe de Gascogne a été condamné à 10 ans de prison pour homicide en Espagne…

J.G. avec AFP

— 

Le dossier est désormais entre les mains de la Juridiction interrégionale spécialisée de Rennes.
Le dossier est désormais entre les mains de la Juridiction interrégionale spécialisée de Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

L'un des deux navigateurs récupérés vendredi dans le Golfe de Gascogne après l'incendie de leur voilier, soupçonnés de trafic de drogue et placés en garde à vue à Brest, était recherché en Espagne où il a été condamné à 10 ans de réclusion pour meurtre, a indiqué mardi le parquet de Brest. Aucun détail n'a été communiqué sur cette condamnation et le mobile du meurtre.

Le voilier, un ketch de 17 mètres battant pavillon néerlandais, en provenance du Guyana en Amérique du Sud, a été intercepté dans la zone économique exclusive de la France, dans le Golfe de Gascogne, avec l'accord des autorités néerlandaises en raison du pavillon. « Dès l'instant où les deux individus ont vu que nous approchions pour les aborder, ils ont vraisemblablement déclenché un incendie à bord », a expliqué le commissaire Jean-Emmanuel Perrin, chef de la division action en mer de la préfecture maritime de l'Atlantique.

La garde à vue des deux skippers prolongée

Outre un pain de cocaïne de un kilo, « tous les débris, de la coque en particulier, répondent positivement aux tests chimiques » prouvant la présence de cocaïne, assure le commissaire Perrin. La totalité de la marchandise est estimée à « plusieurs centaines de kilos » de cocaïne, a précisé Eric Mathais, le procureur de Brest. Mais les deux hommes interpellés contestent tous les éléments qui leur sont reprochés, note le procureur, et désormais le voilier et sa cargaison gisent par 4.000 m de fond.

La garde à vue de deux navigateurs, qui a débuté samedi en milieu de journée, a été prolongée lundi de 48 heures. Depuis lundi soir, le dossier, qui relève de la criminalité organisée, a été confié à la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Rennes. L'enquête reste confiée à la police judiciaire de Brest. La garde à vue doit se terminer ce mercredi en fin de matinée.­­