Agriculture: Combiwest ne bloquera pas les trains parisiens

AGRICULTURE Le transporteur souhaite dénoncer les entraves à la circulation...

Camille Allain
— 
Illustration d'un départ de fret ferroviaire, ici en gare de Rennes.
Illustration d'un départ de fret ferroviaire, ici en gare de Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

« Je n’ai pas le droit de manifester mais on ne m’empêchera pas de parler ». Jean-François Jacob est remonté. Le patron de la société de transport ferroviaire bretonne avait menacé en fin de semaine dernière de bloquer le trafic des trains en Ile-de-France jeudi. Une action menée en solidarité avec la grande manifestation agricole, mais aussi pour dénoncer « les entraves à la circulation » dénoncées par Combiwest.

« Je ne rentrerai pas dans l’illégalité »

« J’ai effectué une demande de manifestation auprès des autorités mais celle-ci m’a été refusée. Je ne rentrerai pas dans l’illégalité donc notre action est annulée. Mais je maintiens mes accusations », lâche Jean-François Jacob.

Créée en 2009 par des agriculteurs pour acheminer leur production par le train, la société Combiwest souhaitait profiter de l’ouverture à la concurrence du marché du fret. Mais il semblerait que SNCF Réseaux (ex-RFF) ne lui facilite pas la tâche. « En quatre ans d’exploitation, il n’y a pas une semaine où il n’y a pas une entrave à la circulation de nos trains ». Pire, le patron accuse la SNCF de « sabotages ». « Des destructions de marchandises, des vols de locomotives ou des dégradations. Nous n’en pouvons plus », lâche Jean-François Jacob.

«On se bat pour nos territoires»

La SNCF avait de son côté réagi en arguant « des difficultés » en raison des travaux menés en gare de Rennes. « Ça fait quatre que l’on galère et la gare de Rennes était parfaitement normale à cette époque. On ne veut faire la guerre à personne. On se bat juste pour nos territoires. Si on pouvait faire circuler tous nos trains, nous serions rentables, en plus d’être vertueux sur le plan écologique ».

Combiwest fait circuler deux trains chaque nuit en direction de Vénissieux, avec des connexions en direction de Miramas et Fos-sur-Mer.